Fantasmagoria

La plateforme de gestion
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Appartement 201

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité
Invité
avatar


Sujet: Appartement 201   
posté le : Mar 16 Oct - 18:31
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
L'appartement 201


Après des heures de marche dans cette ville vide, enfin, il y avait des gens, c'était sûr mais personne ne voulait apparemment l'aider, ni même lui dire bonjour et bienvenue, rien. Quand elle vit cet appartement, elle comprit pourquoi elle l'avait payé si peu cher, il était dans un état... pitoyable, on aurait dit qu'on avait arrêté le chantier en plein milieu, mais elle n'avait plus le choix.

Bon, je suis au deuxième...

Se dit-elle en jetant un dernier coup d'oeil à la facade, en entrant dans cet endroit, elle émit un petit claquement de langue et monta, armée de sa valise au deuxième étage.
La porte de son appartement était ouverte, elle commença à avoir un peu peur, une minuscule boule dans le ventre mais finit par entrer, elle referma furtivement la porte et s'enferma, par réfléxe puis se dirigea vers sa chambre, elle posa sa valise et déposa sa veste dessus et vit le lit. Sur ce lit, il y avait des affaires, des affaires d'hommes. Quelqu'un était là avant elle, et ce quelqu'un semblait être parti à la hâte.
Elle prit les affaires et les rangea dans un coin de la piéce, au cas ou le locataire précédent veuille un jour les récupérer, ce qu'elle n'espérait pas.
Elle examina le reste de l'appartement, finalement, il n'était pas si mal, spacieux et illuminé. Puis, elle retourna vers sa chambre, rangea ses affaires et s'affala sur le lit. Puis, elle ferma les yeux et s'endormit dans son "nouveau chez soi".
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Appartement 201   
posté le : Mer 17 Oct - 18:22
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
« Un rêve transformé en réalité, c'est un autre rêve »
Introduction de Liz à la tombe maudite


S'affaler sur le lit. Oui. La jeune Liz s'était étalée sur le lit, comme une étoile, sans prendre la peine de se changer. C'est comme ça que faisaient les jeunes, lorsqu'ils apparaissaient pour la première fois quelque part, et qu'ils rencontraient un lit : ils prenaient un air affaissé, atterré, s'étaler sur le lit en lâchant un "ah je suis crevé" et restait là, les yeux ouverts, à regarder le plafond, en attendant que ça se passe, la valise encore devant la porte, pas même ouverte. Crevé, mais pourquoi ? Pour avoir monté les marches ? Boaf ! Il n'y avait vraiment pas de quoi être fatigué.
Cela dit, cette fois-ci, c'était différent. Liz venait de loin. De très loin.. Peut-être même bien plus loin qu'elle ne l'imaginait. Traverser un monde n'était pas une affaire facile, même quand on ne le ressentait pas. Et c'était le cas cette fois-ci, oui, elle était fatiguée. Alors elle s'était allongée sur son lit, affalée, habillée, la valise avait été vidée et le contenu, rangé. Elle avait tout mis en place, et même dégagé les affaires d'Ascalon, qui avait disparut de la surface de ce monde, mort, quelque part dans cet immeuble.

Elle s'endormit.
Son âme pesa lourd un moment, elle le sentit. Un tourbillon de brume épais qui empêche de perdre connaissance. On part tout en restant, on s'accroche encore, la paix parait si loin. Et puis on sombre, et on sursaute. Ses yeux s'ouvrirent, et elle regarda furtivement sur les côtés. Non, personne ne te regardait, Liz, tu pouvais dormir tranquille. C'était comme une certitude. Une petite voix qui se logea quelque part dans son cerveau et réchauffa son cœur. Un bonheur immense : elle avait le droit de sombrer. Alors elle referma les yeux, et laissa, cette fois-ci, le sommeil l'emporter sans craindre de se réveiller.

Ce fut un rêve bien étrange. Couleurs sombres et mornes qui se répètent constamment, tentant de dessiner quelque chose sans y parvenir. Un enfant qui apprend à peindre. Une ville qui essaie de se construire. Une croix. Un champ. Souffrance et douleur. Elle se surprit à marcher sur du sable froid, elle entendit les grains crisser sous ses pieds. Où était-elle ? Et que faisait-elle ici ? N'était-elle pas dans son lit, quelques instants auparavant ? Oh elle y était oui ! Elle rêvait. Elle rêvait de manière bien étrange cela dit. Ici, les grains, elle les sentait rouler sous ses pieds. Dormait-elle trop profondément ?

Ne te réveille pas, Liz, et continue d'avancer.

Du sable, oui. Du sable sur le sol, et au dessus, de la pluie. Des gouttes qui tombent et recouvrent le paysage. C'est dur de comprendre où on se trouve quand y voit rien. Les couleurs s'agitent. Un océan de vagues qui cherchent où se cogner. Une machine à laver en marche. Dans quoi est-elle tombée ? Elle fait un pas. Deux. De la brume recouvrent subitement ses pieds ; elle ne voit plus rien. Alors elle lève les yeux, et distingue nettement un arbre caché dans un brouillard aussi dense que l'était son sommeil. Ça commence à prendre forme, doucement.
Un arbre, de la brume. Du sable froid, et un silence de mort.

Une tombe, et puis une autre. Que fais-tu, Liz ? Pourquoi es-tu ici ? Souviens-toi !

C'est comme si on l'aspirait avec une force inconnu. Main invisible qui la tirait en arrière, et elle bascula dans un souvenir.
Une carte. Si triste. Terne. Un courrier tout juste reçu. Une fleur blanche, ainsi qu'une croix mortuaire. C'était une carte de condoléance.

" Dans la graine,
la vie est cachée dans la mort ;
Dans le fruit,
la mort est cachée dans la vie. "

Elle se rappelle un visage vieux, ridé et déjà malade. Son grand-père n'avait déjà plus toute sa tête, et elle s'était jurée de ne pas y aller. Seulement voilà que maintenant, ses envies avaient changées, et plus que jamais, elle se sentit honteuse d'avoir nettement refusé d'offrir sa présence la première fois. Un dernier jour avant de rejoindre les morts. Elle n'avait voulu offrir un dernier adieu, mais à présent, elle se retrouvait sur place, là, bien présente, ici et seule. Elle pensait y voir du monde, mais l'endroit était bien silencieux. Avait-elle raté le coche ? D'environ huit heures, mais avait-ce de l'importance ? Non, il fallait avancer maintenant, et trouver la bonne tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Appartement 201   
posté le : Sam 20 Oct - 17:57
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Rêvait-elle ou bien était-elle éveillée ? Elle ne le savait pas elle-même mais espérait qu'elle rêvait. Elle sentait du sable sous ses pieds, comme si elle était à la plage, ce genre de sable qui fait mal aux pieds, le genre de sable qu'elle n'aime pas. Une voix lui disait de ne pas se réveiller. Avait-elle le choix ?. Puis, le pluie arriva et Liz fut trempée et, de surcroit elle ne voyait rien. Tout s'embrouillait, elle ne savait plus ou elle était, elle plissait les yeux mais rien, rien ne fut plus cair. Liz avança. Un pas, puis deux. Et d'un coup, elle eut de la brume autour des pieds et ne voit plus rien. Alors, elle léve les yeux, espérant voir ou seulement distingue le ciel mais à la place elle voit un arbre, oui un arbre. Un arbre, du sable froid et un silence de mort.

Puis, une tombe. Et encore une autre. Il fallait qu'elle se souvienne et puis, une force invisible, une main invisible la tira en arrière et elle se rappella un souvenir. Une carte de condoléance :"

" Dans la graine,
la vie est cachée dans la mort ;
Dans le fruit,
la mort est cachée dans la vie. "

Elle se souvenait maintenant, ce rêve lui rappellait son grand-pére. Elle eut honte d'avoir refusé la carte, refusé d'aller lui rendre un dernier hommage, refusé d'aller le voir...une derniére fois.

Mais là c'était différent, elle y était mais elle était seule, ou étaient les invités de l'enterrement ? Apparemment, ils n'étaient pas là. Elle était bel et bien seule. Elle jeta un coup d'oeil sur les tombes, elle était là, et même si ce n'était qu'un rêve, autant en profiter.

Elle arpenta les couloirs de tombes, elle marchait lentement mais sûrement et elle aperçut l'inscription :" Kamen" C'était bien là, elle examina la tombe et s'assit à genoux devant, elle ne priait pas, non ce n'était pas son genre. Il pleuvait toujours et malgré que ce soit un rêve elle commençait à avoir froid et ses cheveux étaient trempés mais elle restait la, malgré tout, elle lui devait bien ça. Mais, en y réfléchissant elle n'avait aucuns souvenirs de lui, que ce soit son physique on son caractère. Mais elle restait là, et elle ferma les yeux, tout ce qu'elle voulait. C'était se réveiller.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Appartement 201   
posté le : Dim 21 Oct - 20:38
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Se réveiller ? Pourquoi ? N'était-elle pas bien ici ? Après tout, dire au revoir une dernière fois n'était pas dramatique. Il n'y avait pas... mort d'homme. N'est-ce pas Liz ? Alors, sans mort, que fais-tu là ? Que fais-tu là, Liz, devant cette tombe ? Tes yeux sont fermés, tu pries intérieurement, de te réveiller. Tu as senti cette sensation étrange, tu as sentie ce froid intense qui brûlait étrangement ta peau, et sentie l'humidité de la brume mouiller ta peau ? Une brume épaisse qui cachait tout ce qui se situait dans le cimetière, excepté là où tu te trouvais, là où tes yeux permettaient de voir, et regarder : la tombe du grand-père. Tu l'as su, tu l'as sentie Liz, l'atmosphère ici, n'est pas normale. Tu n'es pas dans la réalité, Liz, mais dans un rêve.

Ouvre les yeux, Liz. Ouvre-les !
Il fait si froid, ici, et enfin tu ouvres les yeux. A quoi pensais-tu Liz ? Il n'est pas bon de croire que tout rêve se dissout de manière simple et sur demande. Oh, non, regarde la vérité en face, Liz. Regarde la tombe. Que vois-tu ? Rien. Il n'y a plus rien. Plus de "Kamen", plus de date, plus de phrase, plus aucune lettre gravée dans la pierre. C'est une tombe vide devant laquelle tu t'es installée Liz.

Alors, que fais-tu là ? Te rappelles-tu, Liz ? De quoi te rappelles-tu ?
Il n'y a pas le temps de réfléchir. Il n'y a pas le temps de se dire "Réveille-toi, Liz". Oui, tu rêves. Oui, tu n'es pas dans le cimetière, que tu n'as d'ailleurs, jamais vu de ta vie qu'à cet instant précis, pour la première fois. Tu es recroquevillée sur ton lit.

Regarde-toi Liz. Et si je te coupais le bras, crois-tu que tu ne ressentirais pas la douleur ? Alors pourquoi sens-tu ce froid si précisemment, Liz ? Penses-tu réellement être... dans un rêve ? Testons alors.
Une liane sortit de la terre, là où le sol avait été retourné, laissant croire à un récent enterrement. La conclusion était donc faite : il n'y avait personne là-dessous qu'un tas de feuilles, lierres et lianes. Une liane qui attrapa le bras de Liz alors qu'elle eut juste le temps de se redresser pour se sauver. Ne pas courir, Liz. De toute manière où irais-tu ? Tu sais bien que dans un rêve, le monde est infini, et les couloirs aussi. Alors, ne cours pas, et regarde :

La liane bougeait, nature vivante qui semblait penser et respirer. Elle se tortillait doucement autours du bras de Liz, et la caressa. Doucement, elle se faufila jusque son épaule, et se redressa. La pointe se redressa, et sembla regarder Liz. Parler, également. Que disait-elle ?

Es-tu dans un rêve, Liz ? Alors sentiras-tu ceci ?

Un éclair sale, couleur marron et terre retournée dans une herbe mouillée, rapide, et douloureux. La peau de Liz prit une teinte rougeâtre alors que le sang commença à s'échapper tête la première de son bras droit, perles de lait qui lui piqua en dessous de l'épaule. Cela faisait mal, n'est-ce pas ? Que penses-tu de ça, Liz. Toujours dans un rêve ? Penses-tu pouvoir te réveiller ?
La liane se fit ennemi l'instant d'une seconde. L'instant de resserrer fermement sa poigne, et Liz fut tirée en arrière, dans l'incapacité de couper ce membre végétal qui semblait la voir engloutir sous terre. Engloutie... !
Liz tomba à genoux sur le sable, la liane la tirant avec force et conviction, essayant de la noyer sous la terre humide et mouvante.

Liz, elle, était allongée sur le lit, recroquevillée et toute vêtue alors qu'elle n'avait pas pris le temps de se recouvrir de sa couverture. Ses traits étaient tirés, elle fronçait les sourcils. Elle rêvait oui, d'un cimetière et d'un combat perdu d'avance. Elle aurait voulu se réveiller, oui, mais ce rêve l'avait hachée tout entière. Corps ici, âme si loin. Corps inerte à présent. Liz, sais-tu où tu te trouves à présent ?


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sujet: Re: Appartement 201   
posté le :
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Revenir en haut Aller en bas
 

Appartement 201

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantasmagoria :: Anciens RP-