Fantasmagoria

La plateforme de gestion
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Chapitre 6 : Dessicated corpse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Sam 15 Sep - 15:55
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.


« L'ignorance préserve de la peur, mais ne préserve pas de la vie. Le processus d'apaisement bien féminin : pleurer »
Dessicated Corpse


C'était une cage. Seulement, bien qu'Ira avait pu les voir précédemment, celle-ci n'était pas comme les autres. La cage semblait en effet contenue dans une pièce aux murs tout blancs, et aussi très sales. Des traces de poussière, de moisissure et d'autres choses étaient collés sur la chaux. Chose évidente, Nevroze n'avait pas fait le ménage ici depuis des lustres. Elle ne se servait pas de cette salle autre que pour les grandes occasions. A part ça, la salle était vide, exceptée une chaise au milieu de la pièce, et une autre juste en face. Ainsi que tout un attirail mécanique monté sur mesure.

Quand Ira se réveilla, elle put sentir une douleur lanciner derrière son crâne. La douleur resta un moment. Sa tête tournait, et bien qu'elle fut sûre d'aller parfaitement bien, elle que rien ne pouvait atteindre, elle sentirait très bien ce mal être, ce gêne, lui gâcher son humeur. Oui, elle avait très mal.
Elle ouvrit un œil, les deux, cligna, répéta son geste. S'il n'y avait pas ce manque d'objets sur une table dans un coin de la pièce, elle aurait pu penser qu'on l'avait enfermée dans une salle d'hôpital de psychopathe : celle où on enferme les autres, et qu'on les maltraite avec toutes sortes d'objets, et où la lumière est tellement aveuglante qu'on pouvait à peine ouvrir les yeux. C'en était pas loin. La salle était illuminée par une lumière très blanche, mais non pas brûlante au point de rendre quelqu'un un temps limité aveugle. Les murs étant blancs aussi, ça donnait un petit côté chirurgicale, mais ce n'était voulu que pour le décors.
Ici, il n'y avait rien de chirurgicale. C'était plutôt... de la maçonnerie.

Enfin Ira ouvrir les yeux, et quand elle eut fini de regarder toute la pièce, se rendre compte qu'il n'y avait absolument rien dedans, elle put enfin regarder en face d'elle, et s'apercevoir que Nevroze était assise juste en face d'elle, la fixant, les jambes croisées, une télécommande à plusieurs boutons à la main. Ça ressemblait à une télécommande de télévision, mais en version miniature.

Et là enfin, seulement là, elle se rendit compte qu'elle était elle aussi assise sur une chaise, et que chaque membre de son corps était relié par un mécanique... vraiment étrange.
Atroce.

Oh Ira pourrait rester de marbre face à tout ça. Elle pourrait se dire "Ce n'est pas grave, Ira, de toute manière tu n'auras même pas mal" mais elle ferait mieux de commencer à se remettre au niveau de l'humain, car ici, seuls les humains, les vrais, peuvent survivre. Les corbeaux, et les êtres supérieurs n'ont pas leur place et échouent dès le début.

Nous disons donc... que chaque membre était relié à un mécanisme. Un mécanisme très sophistiqué. Chaque main était entourée par une sorte de gant de fer. Une sorte de gant robotisée, mécanique. Elle pouvait sentir chaque doigt geler contre la paroi froide de l'objet. Sa poitrine avait également subit le même principe, ainsi que ses jambes, de sorte que même si elle voulait bouger, elle ne le pouvait même pas.
Les seuls membres qu'elle pouvait bouger était son cou : pour regarder à droite ou à gauche, et encore, ce n'était vraiment pas conseillé.
Reprenons : sa cage thoracique était comprimée dans plusieurs cercles de fer. Ses jambes également, collants d'acier contre sa peau nue.
Mais le plus hilarant, c'était ce masque qu'elle avait autour du visage. Un masque qui lui laissait voir tout ce qui se passait dans la pièce, qui lui permettait de déceler chaque détail, mais qui l'étouffait de manière inquiétante. C'était comme cette sorte de chose qu'un dentiste nous met dans la bouche pour nous ouvrir en grand la bouche. Elle pouvait sentir une barre plate froide sur son palais, s'enfoncer jusque sa glotte. Ce devait être désagréable. Autant que le fait d'avoir l'impression d'avoir un crâne comprimé dans un masque de fer. Mais ça c'était autre chose.

Nevroze la fixait. Et ne disait rien. Elle regardait Ira se réveiller, et prendre doucement conscience de ce qu'il se passait.
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Sam 15 Sep - 18:34
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Étrange.

Ce fut le seul mot qui put résumer le rêve que venait de faire Ira. Les yeux fermés, encore endormie, elle ne chercha pas à bouger, comme chaque fois qu'elle se réveillait d'un mauvais rêve. De toute manière, elle ne sentait plus ses membres, ils étaient parcouru de frissons inquiétants. Une sensation plus que désagréable mais simple à faire disparaître: il fallait attendre et voir qu'il ne s'agissait que d'un rêve.

Elle avait rêvé qu'elle était venue peindre devant une cabane dans les bois et qu'elle était entrée dans cette maisonnette vide. S'en était suivi une rencontre avec Nevroze, la fille de la légende, avec un échange de questions, de réponses, de tout et de rien, elle ne se souvenait plus exactement. Puis elle était partie et on l'avait assommé en lui murmurant des mots effrayants à l'oreille.

Elle se réveillait, voulut bouger et constata qu'elle ne pouvait pas.

Ira ouvrit les yeux d'un coup et les referma aussi vite, grimaçant à moitié. Elle était toute engourdie mais sa nuque diffusait une douleur atroce tout le long de sa colonne vertébrale. Sa tête tournait, elle était complètement désorientée.

Lorsqu'elle se fut habituée à la douleur, elle rouvrit les yeux. Et l'évidence fut encore plus atroce, lui coupant le souffle un instant et distillant une décharge importante d'adrénaline dans tout son corps. Comme au réveil d'un cauchemar, en plus intense.

Etait-ce cela la peur? La vraie peur?
Oui. Et la jeune fille était au bord de la panique. Les corbeaux s'agitaient furieusement dans son crâne, martelant ses tempes alors que son coeur cognait dans sa poitrine comme s'il voulait s'en échapper et transpercer sa peau pour fuir.

Ira observa la pièce sans la voir. Elle essaya d'abord de bouger et rien ne bougea. Elle avait froid, partout. Habituée à avoir les pieds et les mains gelées, le plus désagréable fut de sentir le métal contre sa peau. Des vagues de frissons parcouraient son corps, comme des spasmes réguliers. Peur. Froid. Incompréhension. Panique.

Où était-elle? Que signifiait cette prison de métal? Pourquoi était-elle là? Qui l'avait mise là? Qu'allait-il se passer? Puis elle remarqua un goût ferreux dans sa bouche. Saignait-elle? Non, mais elle avait une barre de fer dans la bouche.

Cet attirail n'annonçait rien de bon et elle ne put s'empêcher de repenser à Saw, les masques qui éclataient le visage, comme des pièges à taupe inversés.

Nouveau frisson et elle ferme les yeux.

Le souffle court, Ira sentait sa poitrine emprisonnée dans un étau froid qui l'empêchait d'inspirer comme elle le souhaitait. La panique gagnait du terrain, elle serra les paupières pour contenir ses larmes. Par fierté sans doute.
N'oublions pas que le péché de l'étudiante était l'orgueil.

Orgueilleuse, amère, froide.

Elle avait plutôt l'air d'une petite fille apeurée dans cette peau de métal. Elle se croyait seule, elle n'avait pas à le cacher.

Quand elle rouvrit les yeux, tombant sur Nevroze, elle déchanta et sembla se décomposer sur place. Non contente de s'être laissée piégée, voilà qu'elle venait de montrer à son bourreau une partie d'elle qu'elle cachait aux yeux de tous.

Elle baissa les yeux, les ferma, sembla soupirer et revint à Nevroze, son masque fêlé remit en place sur son visage, pour n'offrir que son acidité agaçante. Elle n'osait pas parler, de peur de fondre en larmes ou d'entendre sa voix trembler.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Sam 15 Sep - 20:09
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ira venait de se réveiller, oui. Nevroze la regarda, d'abord elle observa les lieux, elle paniqua - chose étonnante, elle se lâchait enfin ? - et ensuite elle la vit. Plusieurs émotions étaient passées et Nevroze regarda ça avec un ravissement sans fin. Oui, Ira, enfin, montrait des signes de faiblesses. C'était touchant. Elle avait donc presque pleuré, et bien qu'elle eut fermé ses paupières avant que ses larmes ne coulent, Nevroze avaient bien vu ses yeux s'emplir d'eau, briller sous la lampe qui l'éclairait aveuglément. Elle ne pouvait rien cacher, ici ; Nevroze voyait tout. Alors Ira reposa son regard froid sur Nevroze, comme lui signifiant "ça y est, Ira-le-glaçon est revenu, tu peux t'exprimer". Mais Nevroze attendait-elle qu'Ira lui donne la permission pour parler ? Non, elle attendait simplement qu'Ira ait terminé son inspection. Ça voudrait dire que Nevroze pouvait s'exprimer sans avoir à revenir sur le début.

Ira avait terminé, elle était prête à l'écouter. Ça voulait dire ça. Nevroze sourit et releva son visage en l'air.

" Il est inutile de te dire que tu ne peux pas t'enfuir. Que tu ne peux même pas te suicider, d'ailleurs. Qu'essayer de bouger peut t'être d'une douleur insupportable, j'essaierais donc à ta place, de ne pas bouger ; et ... qu'il est inutile de crier. "

Elle sourit, de manière légèrement sarcastique, et décroisa ses jambes. Elle leva la télécommande.

" Bon, commençons les explications. "

La télécommande d'ici avait l'air simplette, et Ira pouvait l'observer à loisir.

" Chaque membre essentiel de ton corps est relié à un mécanisme. Mécanisme que j'actionne grâce à cette télécommande. On va jouer à un jeu. C'est un jeu que tu connais je crois, puisque tu me l'as proposé ce matin. Moi je pose les questions, et toi tu réponds. Mais attention ! "

Sa voix vira légèrement à l'aigu à cette exclamation, elle avait levé l'index en l'air et son air était à la fois grave, et ... pris de folie.

" A chaque mauvaise réponse de ta part, j'actionne un bouton du mécanisme. Je pense bien que tu as deviné de quoi il s'agit. Les bonnes réponses ne sont donc pas les bienvenues. "

Elle bougea la télécommande de droite à gauche dans sa main, un rictus comique sur le visage, comme si elle prenait grand plaisir à ce jeu. Car de jeu il était bien question pour Nevroze. Ca se sentait rien qu'au ton de sa voix : elle parlait de manière légère et détachée.

" J'irai petit à petit. Je commencerai par les doigts, et ensuite... les mains. Les jambes. La cage thoracique, et si ça ne suffit pas... j'arracherai ta langue pour que plus jamais ne sorte de phrases tordues comme celles que tu n'as pas osées exprimer ce matin. "

Elle pencha son visage sur le côté, un sourire farceur aux lèvres. Ses yeux étaient bleus et remplis d'une certaine colère, ainsi qu'une légère lueur... d'envie. Elle avait plus que jamais envie de jouer, et venait de trouver le jouet parfait pour sa journée.

" Tu as compris. Tu peux répondre, hein, même si ça ne doit pas être... très agréable, je le conçois. Essaie les petites phrases, les simples mots, tu verras, ça ira mieux. On s'y habitue de toute manière. "

Elle parlait beaucoup, oui. Nevroze avait le sens de la conversation quand elle avait un sujet de discussion qui l'intéressait. Elle se cala dans son siège.

" Donc si tu n'as pas de question, on va pouvoir commencer. "

Elle leva son visage vers le haut, comme elle avait fait le matin-même. C'était là sa manière de faire comprendre à Ira que c'était à elle de s'exprimer. S'exprimer pour la dernière fois avant que ne commence le jeu des questions/réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Sam 15 Sep - 21:40
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ira retrouvait un semblant de masque froid et détaché tandis que Nevroze devenait soudainement avenante et bavarde. L'étudiante se demanda un instant si ce n'était pas une personne différente qui se trouvait devant elle que celle avec qui elle avait parlé plus tôt. Une autre facette de la sorcière?

Quoi qu'il en soit, c'était surprenant et Ira eut du mal à suivre le flot de paroles de son bourreau. Elle comprit l'essentiel cependant: mauvaise réponse=souffrance. Comme un jeu du pendu en version réelle. Elle n'avait qu'un quota de mauvaises réponses assez restreint à pouvoir fournir avant de... mourir?

Nevroze lui avait demandé plus tôt si elle avait peur de mourir. Et elle avait répondu que non. Alors pourquoi son cœur battait-il si vite dans sa poitrine? Pourquoi avait-elle l'inexplicable envie de pleurer comme une fontaine, et même de... supplier Nevroze de la relâcher?
L'envie était là oui mais elle n'en ferait rien. Parce qu'il lui restait sa foutue fierté et parce que cela ne servirait sans doute à rien, si ce n'est faire rire à gorge déployée la sorcière.

Elle resta un moment sans rien dire, assimilant les données que lui avait fournies Nevroze. Elle calma de son mieux sa respiration et ouvrit la bouche avec précaution.

~ Combien... de bonnes réponzes... pour partir?

La barre de fer dans la bouche était désagréable, pas vraiment douloureuse mais dérangeante et faisait zozoter la jeune fille.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Sam 15 Sep - 23:22
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
~ Combien... de bonnes réponzes... pour partir?

C'était marrant d'entendre Ira zozoter, surtout quand on savait que cette chose pouvait profondément l'atteindre. Son égo, au plus profond d'elle-même, en prenant un sérieux coup, et elle ne pouvait absolument rien y faire. Nevroze sourit. Cette situation aurait pu faire rougir Ira, ou pis, l'énerver, mais elle n'en montrait rien, encore une fois. Soit. Après tout, elle essayait encore de gratter la moindre parcelle de fierté avec ses dents. Le naturel revient toujours au gallo, et après les fausses larmes, Ira redevenait cet être glacé qui ne ressent rien du tout. Bah, tant pis.

Nevroze haussa les épaules. Combien de bonnes réponses, ça signifiait combien de question, avant la liberté ? Nevroze leva son nez et regarda le plafond, dans un coin imaginaire perdu quelque part à gauche. Non pas qu'il y avait quelque chose d'intéressant à y voir, mais parce qu'elle y réfléchissait. Nevroze ne donnait pas de chiffre, et Nevroze ne se donnait pas de chiffre non plus, car c'était une manière de chronométrer l'entretient. C'était donc... trop facile.
Nevroze reporta son attention sur Ira. Elle avait le regard appuyé et sérieux.

" Disons... le temps qu'il faudra pour que le message pénètre. "

Elle recroisa ses deux jambes, jambe droite par dessus la gauche, et sa main vint s'appuyer sur le genoux le plus élevé. Dans cette position, main logée, télécommande gardée bien droite à l'horizontale, Nevroze avait l'air d'une jeune fille assise devant se télévision, prête à changer de chaîne à tout moment. Sauf qu'elle n'était pas devant une chaîne de télévision, ni même devant un écran, mais bel et bien dans la vie réelle. Nevroze était bien réelle, ainsi qu'Ira, et tout ce qui l'entourait était aussi réelle qu'elle. Ce n'était pas une illusion cette fois-ci ou un quelconque tour de passe-passe. Non, Ira était plongée dans la plus horrible des réalités. Et les gouttes de sueur qui perlaient sur son front étaient tout aussi réelles qu'elle.

Maintenant, restait à savoir si Ira avait d'autres questions, car Nevroze n'avait pas toute la journée.
Nevroze, le visage toujours aussi fixe, les yeux toujours légèrement posé sur la demoiselle, ouvrit la bouche.

" Bon, as-tu d'autres questions avant que je ne commence ? Non ? Tant mieux. "

Elle se pencha en avant, réajusta la position de son fessier, et se recala contre son siège. La question était réglée. Les gouttes de sueur d'Ira pouvaient maintenant se transformer en gouttes de peur, aussi froides que ses chaînes ; aussi brûlante que la fièvre qui pourrait la prendre.

Sens ces gouttes de peur creuser ta peau Ira. Mouiller ton épiderme, et te rappeler à quel point tu es faible, ici. Sens comme elle te ramène à ta juste place.

Elle pourrait se dire que ce n'est rien, fermer les yeux et prier de tout son être que Nevroze ne les vit pas, mais Nevroze, de là où elle était, voyait tout, et Ira avait beau essayer de redevenir un glaçon des fontes enneigées, elle ne resterait pas moins une humaine à qui la mort souriait. Elle avait donc toutes les raisons d'avoir peur, et le contraire aurait été étonnant. Elle avait aussi peut-être toutes les raisons du monde de se cacher, mais la terreur sur son visage était aussi visible qu'Ira voyait Nevroze, ses tentatives pour cacher ses émotions étaient donc veines. Nevroze verrait tout, et Nevroze saurait tout.
Et ce cœur qui palpitait si fort, prêt à exploser, elle pouvait le deviner, et le sentir dans sa poitrine comme étant le sien, car elle devinait trop bien ce que c'était. C'était le battement qui signifiait que le jeu commençait.

C'était la première question.

" Est-ce réellement par esprit de vengeance que tu as fais enfermer ton père, Ira ? N'y a-t-il pas autre chose, au fond de toi, qui germe depuis des années, et qui se serait réveillé. Tu dis toujours que ton père t'a fait du mal, mais n'est-ce pas là qu'une simple excuse que tu t'es apportée et que tu apportes à tout le monde dans l'espoir que l'on te voir comme une victime. Ira ? Si ce n'est pas une réelle vengeance, alors qu'est-ce que c'était ? "

La question était époustouflante, n'est-ce pas ? Époustouflante, oui. Ira s'attendait-elle à ça ? C'était une très bonne question.
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Dim 16 Sep - 10:52
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
" Est-ce réellement par esprit de vengeance que tu as fais enfermer ton père, Ira ? N'y a-t-il pas autre chose, au fond de toi, qui germe depuis des années, et qui se serait réveillé. Tu dis toujours que ton père t'a fait du mal, mais n'est-ce pas là qu'une simple excuse que tu t'es apportée et que tu apportes à tout le monde dans l'espoir que l'on te voir comme une victime. Ira ? Si ce n'est pas une réelle vengeance, alors qu'est-ce que c'était ? "

Ira eut du mal à comprendre encore une fois. Son esprit était trop confus pour réfléchir et voir où Nevroze voulait l'emmener. Que savait-elle de sa prisonnière et de ses pensées ? Pensait-elle la connaître, vraiment ? Aussi puissante pouvait-elle être dans l'observation et l'analyse, elle ne pouvait pas comprendre Ira.

L'étudiante avait quelque chose que Nevroze n'avait pas bien qu'elle ne le montre jamais, quelque chose caché profondément sous ses protections dressées entre ce trésor fragile et le monde extérieur. Personne ne l'avait encore vu, personne ne s'en était rendu compte parce que personne n'avait pris le temps de le chercher vraiment.

On ne voyait que la paroi, le miroir qui renvoyait le reflet que tout le monde voulait bien voir. Vous voulez une Ira mauvaise et hautaine, froide comme un glaçon, et bien c'est ce qu'elle montrera, sans effort, adaptant sa carapace aux situations et aux personnes.

Nevroze, comme les autres, s'arrêtait à cette façade. Alors elle ne pouvait pas comprendre, elle ne pouvait pas savoir ce qui était passé dans la tête d'Ira au moment d'appeler, de parler et d'envoyer son père en prison. C'était bien la vengeance qui l'avait animée, une certitude froide qu'elle devait lui faire payer ses crimes, l'éloigner d'elle, l'oublier. Oublier son passé, oublier ses blessures et se sentir apaisée, vivre enfin dans un endroit où rien ne pourrait la rattraper.

L'étudiante referme les yeux et força son corps à se détendre. L'outillage devint presque supportable comme ça, si ce n'est la barre métallique dans sa gorge. Le reste n'était que métal froid qui l'empêchait seulement de bouger, pour le moment. Mais le fer dans la bouche, ça, c'était pire que désagréable.

Elle semblait dormir, elle réfléchissait, essayait d'ordonner les légions de corbeaux dans son esprit. Sa tête lui faisait mal et n'aidait pas à se calmer. Nevroze ne savait pas, alors ce n'était pas la vérité qu'elle attendait. Que voulait-elle alors ? Quelle était la vision qu'elle se faisait d'Ira ? Avec si peu d'éléments, donner la bonne réponse aurait été un miracle. L'étudiante sourit légèrement, autant que son masque lui permettait.

Ce n'était pas une question qui attendait une réponse. C'était comme une question piège, quoi qu'elle répondît, Ira aurait tord et Nevroze commencerait le massacre. Et c'était tout. Et c'était effrayant. Nevroze était donc ce genre de personne. Ira avait donc une partie de sa réponse, le portrait de la sorcière se mettait doucement en place. Les traits s'esquissaient grossiers et commençaient à s'affiner.

Et le résultat était définitivement décevant.

Ira se demanda donc un long moment ce qu'attendait Nevroze. Apparemment, la sorcière la voyait comme une personne terriblement fière et aveugle qui se voilait la face sans cesse. Qu'est-ce que ce genre de personnes pouvait bien vouloir au fond d'elle-même en envoyant quelqu'un en prison ? Cela pouvait être beaucoup de choses : plaisir malsain, expérience, manque de reconnaissance, impression de pouvoir etc...

Ira elle, n'avait voulu que se protéger. Protéger son existence et son trésor, protéger ce qui lui était cher.

Alors quoi répondre ? La vérité ou l'une des réponses que pouvait attendre Nevroze ? Assurément « me protéger » ne serait pas la réponse que la sorcière attendait. Dans ses paroles, elle insinuait qu'Ira nétait pas la victime mais le bourreau. C'était blessant. Se faire juger par cette personne qui ne savait rien. Insultant même et Ira ne put s'empêcher de trouver Nevroze vulgaire.

Elle redoutait toujours le châtiment que la sorcière lui réservait en cas d'erreur mais il n'y avait plus aucun respect dans ses yeux lorsqu'ils croisèrent à nouveau le regard de Nevroze. Plus de curiosité, plus d'intérêt particulier, seulement de l'indifférence et du mépris à travers la crainte de souffrir.

Nevroze n'apprécierait certainement pas cette expression sur le visage d'Ira et peut-être même cela la mettrait en colère ou l'irriterait. Mais comme elle montrait si bien, mentir ici ne servait à rien alors Ira ne cachait pas cela.

Puis elle formula sa réponse, composée de sa vérité :

~ Ze ne l'est... envoyé que pour... me protézer. Que tu le... veuille ou non, ze ne... zuis pas un monztre.

Et ce zozotement agaçant qui continuait. C'était étrange de parler comme ça, Ira reconnaissait à peine sa voix.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Dim 16 Sep - 12:15
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Nevroze se moquait bien de l’air que pouvait prendre Ira. Ici, seules comptaient les réponses, et c’est tout ce que Nevroze attendait. Le reste, les larmes, l’appréhension, la colère et le jugement d’Ira, elle s’en moquait. Ira pouvait bien se faire dessus que Nevroze n’irait pas la changer. Elle était installée sur sa chaise, et Ira sur la sienne, et elles resteraient ainsi jusqu’à ce que ce soit terminé. Le reste ne comptait absolument pas, et Nevroze ne prendrait pas en compte les émotions d’Ira dans son jugement. Seule la réponse comptait. Bonne ou juste. La victimisation précoce d’Ira ne changerait en rien le reste. C’était « très bien » ou « nul ». Et si c’était nul, Ira le paierait cher.
Les sentiments, c’était juste de l’amuse-gueule.

Nevroze attendit patiemment la réponse, qui ne vint pas tout de suite. Ira réfléchissait beaucoup, et bien entendu, Nevroze n’avait aucune idée de ce que pouvait se dire Ira, de ce dont elle pouvait penser, ou même maudire. De toute manière, Nevroze avait déjà ses propres pensées en tête, et n’avait nullement besoin d’avoir un aperçu des images qui défilaient dans celle d’Ira. Et puis la réponse tomba.

~ Ze ne l'est... envoyé que pour... me protézer. Que tu le... veuille ou non, ze ne... zuis pas un monztre.

Une réponse. Nevroze leva le bras droit, la télécommande en l’air. Son pouce était posé sur le premier bouton. Elle attendit. Oh… c’était une bien trop longue phrase.

« Attention, Ira. Je ne demande qu’une réponse. Tes états d’âme, je m’en moque. Que tu sois un monstre ou pas, je m’en fous ! Les réponses Ira. Juste les réponses. La prochaine fois je punie. »

Nevroze ne narguais qu’à moitié, en fait elle avait opté pour cette position parce que c’était la plus simple. Comme ça, non seulement elle pouvait appuyer tout en s’amusant, et en plus Ira verrait clairement la souffrance arriver avant. On souffre beaucoup plus quand on s’y attend plutôt que quand ça nous tombe dessus par surprise. C’était donc la meilleure position à prendre. Et Nevroze restera ainsi maintenant.

Souffrance… souffrance… souffrance. Ira devait déjà souffrir de la situation. Et aucune autre douleur ne vint s’ajouter, pour cette fois.

« Félicitations, Ira, tu viens de te sauver un membre. »

Lequel, elle ne le dira pas, elle en avait déjà parlé. Et elle ne dira pas non plus en quoi cette question la satisfaisait. Chaque réponse était comme un patient : on ne sait comment chacun réagit lors d’une opération, et bien là c’était pareil. Chaque question avait sa réponse, et Ira ne saurait ce qu’attendait Nevroze. Maintenant, il était tant de poser la deuxième question.

« L’humain est-il seul responsable de ce qu’il devient ou est-ce le résultat d’une observation, d’une analyse faite par l’environnement ? »
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Dim 16 Sep - 15:49
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Sa vue se troubla un moment. Pendant que Nevroze lui parlait et la menaçait, les yeux d'Ira refusaient de faire la mise au point. La jeune fille voyait flou maintenant, elle cligna des yeux plusieurs fois, inquiète, mais rien ne changea. Ses pupilles étaient extrêmement dilatées et ses yeux étaient douloureux. Ca la brûlait, comme si elle était restée trop longtemps devant un écran dans une chambre sombre. Un contre coup de la virulente correction que lui avait asséné la sorcière sans doute. Pourtant la miss May trouva cela inquiétant. Les yeux, comme les mains, étaient des choses auxquels elle tenait particulièrement, puisqu'ils étaient directement liés à sa passion, son exutoire. Comment dessiner sans voir ? Comment dessiner sans doigts à tremper allègrement dans la peinture et les pastelles ?

Elle ferma à nouveau les yeux, voulut se mordre la joue mais renonça quand la barre de fer manqua de l'étouffer. Le jeu ne l'amusait absolument pas et elle se sentait vraiment mal. Elle ne voulait que dormir, reprendre un peu de force. Elle se sentait tellement épuisée. Les paroles de Nevroze résonnaient comme un écho lointain. Elle peinait à tout comprendre et comprit rapidement qu'elle ne pouvait se concentrer que sur les questions et le verdict.

Le reste semblait irréel et cela l'épuisait davantage de chercher à comprendre ce que la sorcière racontait. Malgré tout, son souffle semblait s'être calmé, de même que les battements de son cœur, devenus maintenant supportables. Uniquement supportable. Elle continuait à frissonner par accoue (désolée pour l'orthographe, je sais pas comment ça s'écrit) et une grimace passait de temps en temps sur son visage lorsque sa nuque piquait plus que le reste du temps.

« L’humain est-il seul responsable de ce qu’il devient ou est-ce le résultat d’une observation, d’une analyse faite par l’environnement ? »

Nouvelle question. Ira conserva les yeux fermés, c'était moins douloureux. Cette question là parut plus évidente à la jeune fille, elle avait déjà un avis bien tranché dessus. A tord peut-être ? Elle saurait bientôt de toute manière.

Le silence qui suivit la phrase de Nevroze n'était donc pas du à une réflexion intense sur la question elle-même mais sur sa formulation. Parler n'était pas évident avec tout son attirail et si elle avait à peu près saisi la menace de la sorcière, elle devait se contenter de phrases courtes.

Ira prit donc le temps de formuler correctement sa réponse, cherchant les mots qui seraient les plus à même d'exprimer ce qu'elle pensait. Mais que pensait-elle d'ailleurs ? Qu'il y avait un destin tout tracé pour chaque homme et qu'on ne pouvait pas en déroger ? Non. Ira n'était pas croyante, alors un être supérieur ou le destin, ce n'était pas pour elle. Pourtant, il suffisait de réfléchir un peu pour comprendre que l'humain n'était pas tout puissant et que chaque chose qu'il avait vécu le formait et le faisait changer.

Comment le dire ?

Une fois sa phrase élaborée dans sa tête, Ira rouvrit les yeux. Une larme coula sur sa joue, une larme sans émotion, simplement là pour calmer ses yeux. Elle voyait toujours flou mais cela semblait revenir à la normale, peu à peu.

~ Un peu des... deux. On fait des... choix mais... zelon les zituazions que... on rencontre.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Dim 16 Sep - 17:38
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ira semblait souffrir, bien que Nevroze ne sut pas de quoi. Mais après tout, si elle était dans cette situation, c’était entièrement de sa faute, donc si elle devait blâmer quelqu’un, c’était elle-même. Les choix qu’on pouvait faire et les décisions qu’on pouvait prendre engendrait obligatoirement une réaction dans le temps. Cette réaction-là, Ira ne l’avait pas imaginée, à tord. On est que peu de chose, et Ira aurait du s’en souvenir.
Elle avait peut-être du mal à formuler ses phrases, c’est certain que ça ne devait pas être évident avec une barre dans la bouche, mais ça ne l’empêchait pas non plus de parler. La preuve, elle réussit à faire une phrase entière sans… zozoter ? Non, ça elle y arrivait très bien. Sans se tromper, sans bloquer ou s’étrangler. C’était donc très bien conçu. Juste ce qu'il fallait pour qu'elle ne vomisse pas, car la barre s'arrêtait au palais, juste avant la glotte.. Elle gênait parfois ce petit prépuce, mais ce n'était qu'une toute petite gêne de rien du tout.
La réponse...
La réponse que donna Ira n’était pas vraiment ce que Nevroze attendait. C’était trop vague, trop imprécis. Faire des choix selon ce qu’on avait devant soi. C’était bel et bien ce que tout le monde pensait, oui.

« Tu veux donc dire que l’homme montre ce qu’il veut en fonction de ce qu’il a en face de lui. »

C’était une question rhétorique. Nevroze ne faisait que reformuler ce qu’avait dit Ira tout en demandant confirmation, car elle avait besoin de précision. Autrement, elle ne saurait si la réponse était bonne ou pas, et alors elle serait obligée de prendre un parti, ce qui en l’occurrence serait loin d’être le bon pour Ira.
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Dim 16 Sep - 19:10
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ira souffla un peu plus fort. Elle essaya d'emplir ses poumons d'air un peu plus mais seul la sensation de sa peau coupée par le métal changea. Cette prison sur son corps était définitivement trop serrée.

Si elle parvenait à sortir de là entière, elle ne donnait pas cher de son état. Elle aurait des contusions partout, des traces bleues sur les membres, sur les côtes, des plaies dans la bouche, peut-être ailleurs. Tout cela couterait cher en maquillage, pour le cacher.

Mais avant d'en arriver là, il fallait déjà réussir à sortir « indemne ». Entière du moins. Ira pensait avoir fini sa réponse et pourtant Nevroze ne semblait pas satisfaite. La jeune fille sentit une décharge d'adrénaline la parcourir à nouveau de la tête aux pieds.

« Tu veux donc dire que l’homme montre ce qu’il veut en fonction de ce qu’il a en face de lui. » 

La phrase arriva encore une fois difficilement au cerveau d'Ira et elle prit encore un peu de temps pour faire quoi que ce soit. Et au final elle ne dit rien mais hocha légèrement la tête, clignant des yeux pour acquiescer. Oui, c'était bien ce qu'elle voulait dire, elle clarifia encore cependant, par précaution.

~ Les zhumains ne contrôlent pas le monde, ni la plupart des... zituazions où ils ze retrouvent mais ils... ont la liberté de choisir... comment y réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Lun 17 Sep - 9:02
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Bien que Nevroze avait bouge son pouce de place, recouvrant le bouton suivant, elle n’appuya pas tout de suite. Pour le moment, ça se passait bien, mais Ira devait bien avoir compris que ces deux questions n’étaient pas des questions à part entière. Pour le moment, Nevroze ne faisait que clarifier une situation. Elle hocha la tête, non pas pour acquiescer à la réponse d’Ira, mais pour signaler avait entendu la réponse. Bien.
Alors le silence s’installa. Ira était là, assise sur sa chaise, les membres recouverts et ça lui donnait un aspect assez étrange. Un peu robotique. Nevroze s’amusa de cette réflexion, car c’était à peu près l’image qu’Ira donnait d’elle-même : un robot. Pas de sentiment. Pas d’émotion. Pas de douleur. Nevroze se lécha la lèvre. Oui, l’effet était bien rendu. Ira le robot était assise sur sa chaise, et souffrait atrocement maintenant. C’était parfait.
La télécommande tourna dans la main de Nevroze. Elle était prête pour poser une nouvelle question. Le rythme était assez lent, et Ira avait vraiment beaucoup de chance, elle pouvait prendre son temps pour répondre. De toute manière, personne n’attendait Ira, et personne n’attendait Nevroze non plus ; alors elles avaient tout leur temps. Répondre trop vite et souffrir inutilement aurait été du gâchis. Ce se présentait donc vraiment bien pour le moment.

« Qu’est-ce que t’apporte l’orgueil, Ira ? »

Nouvelle question. Pour le moment, Nevroze n’avait pas été bien méchante. Est-ce que ça veut dire que Nevroze avait préparé des questions faciles pour lui laisser une chance, ou est-ce que ça voulait dire qu’elle tournait autours du pot pour arriver aux parties vraiment délicates ? Ah… ? Ira se le demandait-elle, d’ailleurs ?
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Lun 17 Sep - 20:33
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
La télécommande était effrayante et les gestes de Nevroze ne laissaient rien présager de bon. A travers le voile de fumée qui s'obstinait devant ses yeux, elle distinguait les mouvements saccadés de la sorcière sur le boitier. Il lui semblait qu'elle allait appuyer à chaque instant sur un bouton différent et pourtant rien ne cédait pour le moment. La douleur n'était pas plus virulente à un endroit de son corps et il lui semblait être encore entière pour un temps.

« Qu’est-ce que t’apporte l’orgueil, Ira ? »

Les questions se rapportaient toutes à Ira. Pourquoi? Quel intérêt y avait-il à la questionner là-dessus? Elle pourrait dire n'importe quoi que Nevroze ne pourrait pas juger s'il s'agissait de la vérité ou non.

Mécaniquement, après son temps de réflexion "habituel", Ira lâccha sa réponse, avec les mêmes difficultés.

~ La protechion. La chécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Ven 21 Sep - 13:13
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Nevroze posait des questions, Ira répondait. C'était bien, et ça ne se passait pas autrement. L'entretient avait surement des allures de psychiatrie, et c'était peut-être surement un des buts recherchés. Seulement voilà, il y avait cette télécommande, et ça ramenait toute personne qui prendrait cet entretient pour de la psychiatrie à la réalité : on était pas là pour discuter, on était peut-être pas là pour soigner, on était là pour punir.

On était là pour apporter des réponses.

La protection. La sécurité.
L'orgueil lui apportait protection et sécurité. L'orgueil la protégeait des autres, c'est ce qu'elle voulait dire. Mais la protégeait de quoi... ? La protégeait de l'homme, de la méchanceté, de la peur, de la mort ? Buah. Nevroze se cala dans sa chaise, s'enfonça contre son dossier. Elle décroisa ses jambes, et les croisa dans l'autre sens. Un sourire avait naquit sur ses lèvres. Elle avait les yeux doux.

Un sourire.

" De la sécurité... Ça veut donc dire que tu te protèges toi-même des autres, Ira. Alors pourquoi crois-tu que les seules personnes qui sont responsables de ce que tu es, c'est nous ? "
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Ven 21 Sep - 19:41
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
" De la sécurité... Ça veut donc dire que tu te protèges toi-même des autres, Ira. [,,,] »

Oui, c'était bien ce qu'elle venait de dire. Se protéger des autres, de leur fourberie, de tout le mal qu'ls pouvaient lui faire. On n'atteint pas une ombre, on la traverse simplement, même en voulant la piétiner. Elle est là sans exister réellement, on la voit mais on ne peut la toucher. C'était bien là la manière de se protéger qu'avait choisi Ira. Restée tapie dans l'ombre, se fondre en elle jusqu'à disparaître. Etre un statue de métal, froide et sans expression, figée pour l'éternité, indestructible.

Oh cela marchait bien jusqu'à maintenant. Personne n'avait brisé la carapace d'acier qui la recouvrait. Personne n'avait passé les plumes infernales des corbeaux. Leur tourbillon engloutissait et perdait tout le monde au bout d'un moment.

« [,,,]Alors pourquoi crois-tu que les seules personnes qui sont responsables de ce que tu es, c'est nous ? "

La sorcière ne faisait pas exception alors... Dans d'autres circonstances, Ira aurait souri, légèrement, avec tout le mépris dont elle était capable. Elle pouvait bien la torturer, la tuer même, désormais Ira savait qu'elle n'avait rien à craindre. Quelqu'un incapable d'atteindre son cœur ne pouvait rien contre elle.

Le corps n'est qu'une enveloppe. La demoiselle croyait en une forme de résurrection. Son esprit resterait intact et pourrait continuer son voyage indemne si Nevroze se retrouvait incapable à l'atteindre.

Elle ferma les yeux à nouveau. Ne les rouvrit pas.

Peu importe ses convictions profondes, elle n'était pas encore morte et si elle pouvait se sortir de là en un seul morceau, cela serait aussi bien, bien qu'elle se doutât que la sorcière mènerait le jeu jusqu'à ce qu'elle fasse une erreur.

L'étudiante en était intimement persuadée. Quoi qu'elle fasse, elle ne sortirait sans doute pas indemne, si elle finissait par sortir. Un jeu de dupe, non, une tromperie gigantesque plutôt. Puisque les règles étaient au bon vouloir de Nevroze, sans aucune obligation de justice quelconque, la sorcière pouvait décider de faire tout et n'importe quoi, sous prétexte que la réponse ne lui conviendrait pas.

Ira réfléchit pourtant, fit de son mieux pour se glisser dans le jeu et ne pas tenter le diable. Il fallait donner une réponse. Pourquoi ? Pourquoi étaient-ils les seuls responsables, selon elle ?

Répondez les corbeaux. Selon vous, pourquoi les étrangers sont des meurtriers en puissance ? Pourquoi devez-vous protéger le petit phénix au creux de vos ailes empoisonnées ?

La réponse n'était pas simple à formuler même si l'idée l'était. Et Ira devait se contenter de réponses courtes. Elle organisa à nouveau les mots dans son esprit.

~ Parce que.... « vous » m'avez trahie, blessée. J'ai été trompée, un simple pion sur l'échiquier. Et ça ne do... ça ne peut plus arriver telle que je suis...

Elle se tut, déglutit difficilement et rajouta simplement :

~ A cause de « vous ».
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Lun 24 Sep - 8:11
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Nevroze en fut tant ébahie qu'elle s'aggrippa à sa télécommande avec force. Son ébahissement se résuma en un haussement du sourcil droit, mais pour le reste... elle crut que son cœur allait s'arrêter. Ira venait de la provoquer avec une puissance telle qu'elle n'en avait encore jamais vue. C'était "vous". C'était à cause de "vous". Elle n'avait donc toujours pas compris.

Le pouce appuya sur un bouton de la télécommande sans que Nevroze ne prévienne, sans qu'Ira ait le temps de reprendre son souffle, et la jeune fille aux cheveux rouge put sentir en un clin d’œil une pression sur sa main droite. Une pression, comme si le gant d'acier dont elle était recouvert se refermait sur elle. Si elle baissait les yeux, elle pourrait voir que c'était le cas. La substance se pliait bien en un bruit grinçant, et broya les os de la lady petit à petit, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus rien à broyer.

Crie, Ira. Crie.

C'est à cause de "vous".

Nevroze jubilait autant qu'elle bouillonnait. Jamais encore on ne lui avait sorti pareille sornette. Ira prétendait que c'était à cause d'elle, alors qu'elles venaient de se rencontrer. Bien sûr. Ira était la victime ? Ira était petite frêle et fragile, et tout le monde avait essayé de la détruire ? Vous, nous, eux ? Et pourquoi pas le monde entier, pendant qu'elle y était ?
Pourquoi pas elle-même ?

" Tu prétends donc que ton mauvais caractère et le fait que tu te fasses victimiser à chaque fois que tu ouvres le bouche ne vient pas de toi, mais de nous ? Nous qui avons essayé de te détruire, Ira ? "

Nevroze n'avait plus rien de sympathique dans la voix. Plus rien de calme ou d'engageant. Ira pouvait sentir la colère trembler dans sa voix.
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Ven 28 Sep - 12:10
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Douloureuse prise de conscience.

Cela n'avait plus rien d'un interrogatoire, cela n'en avait jamais été un. Qu'elle dise blanc ou noir, tout dépendait en fait des lubies de son bourreau. Et de cela simplement. Nevroze venait de le prouver, puisqu'elle montrait très clairement qu'elle n'écoutait pas Ira, ou qu'elle ne faisait pas l'effort de la comprendre. Ce qui, l'un comme l'autre revenait au même : elle se foutait éperdument des réponses de la jeune fille. Le jeu n'était qu'un prétexte pour la martyriser.

Souffrir, crier, pleurer même, Ira passa par tous les stades, son corps tendu à l'extrême, alors qu'elle bougeait brusquement dans son étau de fer pour essayer vainement de libérer sa main pendant que le gant métalique lui broyait lentement les os un à un. La douleur était à la limite du supportable. Ira respirait fort, tremblait comme une feuille balotée par le vent qui ne va pas tarder à se détacher de son arbre, pour mourir dans de jolis dégradés au sol.

Tout devint flou à nouveau. Le visage de nevroze se découpait, masse blanche auréolée de ténèbres mais l'étudiante ne distinguait plus les contours, ni les expressions de la sorcière. Elle ferma les yeux et un flot de larmes amères roulèrent dans les sillons qui creusaient déjà le visage presque cadavérique d'Ira.

" Tu prétends donc que ton mauvais caractère et le fait que tu te fasses victimiser à chaque fois que tu ouvres le bouche ne vient pas de toi, mais de nous ? Nous qui avons essayé de te détruire, Ira ? "

Un sourire perça sur le visage de la condamnée. Nevroze voulait de la provocation ? Elle lui en donnerait pour son temps. Franchise et sincérité ne servaient à rien alors les fêlures se comblèrent et Ira en parut presque inhumaine sur le coup. Une folle enragée.

Elle transperça Nevroze de son regard acide, un regard empli de haine, de mépris et de répulsion. Un regard qu'on lance aux traitres après s'être laissé piéger. Le piège était bien refermé maintenant et il ne lui restait plus que cela à faire. Haïr Nevroze pour la main qu'elle venait de lui prendre, la haïr pour son égocentricité qui l'avait empêché de comprendre sa réponse.

Haïr son existence même.

~ Je l'affirme même. Ou plutôt je le constate. Ce n'est pas moi qui me victimise, c'est toi qui me mets dans cette position, maudite sorcière.

Des jets d'acide.
Du venin.

~ « Vous » n'essayez pas de me détruire. « Vous » m'avez déjà tué une fois. Et tu es bien partie pour finir le travail.

Des larmes.

Faire perdre sa fierté au corbeau est impossible pour Nevroze. Impossible pour ceux qui ne savent pas. Impossible pour ceux qui l'ont mis dans une case. Impossible pour ceux qui ne voient pas sa vérité...

Le corbeau n'est qu'une façade. Une muraille insensible.
Ce sont les cendres du phoenix qu'il faut balayer, pas son carcan glacé.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Lun 1 Oct - 18:26
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Un interrogatoire ? Oh si c'en était un, puisqu'il Nevroze posait des questions. Autrement, comme cela pourrait-il s'appeler ? C'était une salle de jugement assez excentrique, dans lequel on passait un interrogatoire. C'était la Salle Interrogatoire de Nevroze. Ira devait donc être fière d'être ici, c'était un monopole d'être encore consciente à ce stade de la partie. Une aubaine. De la chance également.

~ Je l'affirme même. Ou plutôt je le constate. Ce n'est pas moi qui me victimise, c'est toi qui me mets dans cette position, maudite sorcière. « Vous » n'essayez pas de me détruire. « Vous » m'avez déjà tué une fois. Et tu es bien partie pour finir le travail.

Oh, Ira ne zozotait plus ? Elle prenait l'habitude de la barre froide dans la bouche ? Mince, voilà que ça perdait en intensité. Cela dit, le terme de "maudite sorcière" plut bien à Nevroze qui s'en délecta un instant, petit rayon de soleil sur une plage ensoleillée qui sent la mer. Elle se renfonça dans son fauteuil, leva les jambes qui atterrirent sur l'accoudoir gauche. Elle se mettait à l'aise, bras droit posté sur l'accoudoir droit, télécommande en main tendue vers Ira, et le bras gauche perché sur le dossier.
Jeune sorcière, Ira. Jeune sorcière.

Un nouveau bouton pressé avec le pouce, et ce fut l'épaule d'Ira, la droite, oui, qui vint craqueler dans un bruit épouvantable.

" Nous t'avons tuée, Ira ? Mais dis-moi, qui est ce "nous" dont tu me parles depuis tout à l'heure ? Tu ne me mets pas dans le même panier que ces pourritures qui sont à l'extérieur, quand même ? "

Sa voix était aussi douce qu'un yaourt à l'air fin, mais acide au goût, une fois qu'on y goutte. Elle aurait pu cligner de l’œil, mais se contenta simplement de sourire. Ira pleurait. Ira transpirait. Avait-elle peur ? Oh surement. Non pas de mourir, mais peur d'échouer surement. Et c'était dommage, car ça l'empêchait de répondre correctement. Tellement dommage... d'avoir si peur de perdre la face.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le : Lun 15 Oct - 12:31
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
lady rod
Harmony Meridyth Perdide


Nevroze tenait la télécommande du bout des doigts, et la balançait au dessus de sa tête, comme si le fait qu'elle la fasse tomber l'importait, et qu'il aurait pu être drôle de la casser. Alors elle ne pourrait plus jouer avec la jeune fille aux cheveux orange, et ne pourrait plus lui faire de mal. Seulement, ça ne l'importait pas, non. Nevroze n'avait pas emmenée cette jeune fille dans le but de la briser en petits morceaux, et puis de casser la télécommande devant ses yeux. Son dessein était bien plus précis, mais Harmony n'aimait pas ça, car c'était quand même un jeu. Que Nevroze avait préparé seule.

La télécommande glissa de ses doigts, mais aucun bruit ne se répercuta dans la pièce : elle n'était pas tombée sur le sol. La petite boite venait de disparaitre de la main de Nevroze en un instant, sans bruit.

" Ce n'est pas bien de jouer avec la nourriture, Nevroze ! "


---------------------------------------------


La télécommande venait de lui échapper. Son cœur se mit à battre bien vite. Qu'avait-elle fait ? Par chance, la télécommande ne s'échoua pas sur le sol. Elle se retourna, et fut face à une nouvelle qu'elle n'attendait pas. Sa grand-mère se tenait derrière elle. Que faisait-elle là, et surtout, comment était-elle entrée ? Nevroze plissa des yeux.

" Rends-moi ma télécommande, grand-mère ! "

Elle souleva ses jambes qui repassèrent à leur place, pieds à plat sur le sol, et son bras gauche se tendit en avant, quémandant son dû.


---------------------------------------------

Grand-mère ne plia pas.

" Non, Nevroze. Je viens de te le dire, ce n'est pas bien de jouer avec la nourriture. Aimerais-tu que je joue avec tes poupées ? "
Tututu, Il n'était plus question de laisser cette petite sans-cervelle continuer la partie. La demoiselle avait vu, d'aussi mal que pouvaient voir ses yeux, la grand-mère rentrer dans la pièce sans faire aucun bruit, refermer la porte derrière elle, s'approcher doucement derrière Nevroze, et lui prendre la télécommande sans que celle-ci ne s’aperçoive de rien avant que l'objet ne lui échappe des mains. Une lueur d'espoir fit battre son cœur, surement, mais Harmony n'était là pour aider personne. Juste pour cesser ce jeu idiot.

" Que fais-tu donc des leçons que je t'ai enseignées, Nevroze ? Est-ce ainsi que tu les mets en pratique ? En martyrisant une pauvre jeune fille ? ".

Tututu, ce n'était pas ainsi qu'elle l'avait éduquée.
Harmony posa un regard sur la télécommande. Un certain nombre de bouton. Aucune indication. Une couleur qui se dissociait des autres : un seul bouton un peu plus clair que d'autres, marron pâle pour un jaune poussiéreux. Était-ce ce qu'elle cherchait ? Harmony pinça des lèvres.
Elle pressa le petit bouton jaune.

---------------------------------------------

Un enchainement dont Nevroze se serait bien passée, tout autant que les réponses aux questions qu'elle ne donna pas. Que faisait-elle là et comment l'avait-elle trouvée ? C'était son antre, ici. Sa cachette. Et surtout c 'était chez elle, mais avant qu'elle ne puisse se lever, se révolter, et attraper elle-même sa télécommande, elle sentit son cœur se serrer tandis que sa grand-mère examinait la télécommande. Elle appuya.
Son cœur s'arrêta.

Pas le sien. Non. Celui d'Ira. Celui de la jeune fille aux cheveux orange avec laquelle elle s'amusait tant.
Elle entendit un déclic, et eut juste le temps de se retourner pour voir le spectacle. Ira avait perdu un doigt, et puis une épaule. Elle n'avait plus la possibilité de peindre avant plusieurs semaines, mais c'était tout, et maintenant, voilà que le masque qui maintenant prisonnière strangula ses tempes dans un bruit de métal plié et de rouille forcée. La taule rétrécissait l'espace, serait son visage petit à petit, dans un bruit affreux. Nevroze aurait pu aimer ça, mais ça ne devait pas se passer comme ça. Elle aurait du lui poser la question ultime avant, et n'appuyer que si Ira avait donné la mauvaise réponse. Au lieu de ça, elle se retrouva victime à voir le visage de cette petite habitante écrasé par la taule qui lui écrasait la peau et la lui explosa bientôt. Un bruit pas très excitant indiqua que l’œil venait d'éclater. Puis l'autre. Peau, bouche, elle ne pouvait plus respirer, et était déjà certainement morte. Et puis quelque chose vola au plafond, s'étala sur le sol. Une chose visqueuse et rose qui indiqua à Nevroze que c'était maintenant fini.

Nevroze était déconcertée. Ses bras ballants n'avaient même pas la force de se révolter. Harmony venait de lui briser son jouet. Elle venait de supprimer Ira sans savoir que cette action était irréversible pour l'habitante. Ces cheveux oranges se perdraient dans les abysses dans quelques instants, si elle trouvait la force de résister.

" Elle devait apprendre. Elle devait tuer ses corbeaux ! Et répondre à sa question ! "

Nevroze, bien plus énervée que triste, resta un instant sans bouger, regardant ce stupide spectacle qui n'avait pas eu lieu d'être, avant de se tourner vers sa grand-mère.

" Tu viens de tuer inutilement. A quoi ça sert que je me décarcasse à changer les gens si tu détruits tous mes plans ? "

Harmony n'avait aucune idée de ce qu'elle venait de faire... Nevroze, elle, le savait, et c'est la mâchoire serrée qu'elle passa à côté de sa grand-mère, les yeux noirs, sans plus un seul regard pour sa prisonnière. Elle sortit en claquant la porte.

---------------------------------------------

Noir de rage ou pas, c'était maintenant terminé. Harmony déposa la télécommande sur le siège, et sortit à son tour, laissant la pauvre Ira le cerveau en bouillit, assise sur son siège de mort.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sujet: Re: Chapitre 6 : Dessicated corpse   
posté le :
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Revenir en haut Aller en bas
 

Chapitre 6 : Dessicated corpse

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantasmagoria :: Anciens RP-