Fantasmagoria

La plateforme de gestion
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

  Chapitre 2 : La prison du saint graal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Sam 21 Avr - 22:48
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
~ Des cris? Je suppose qu'on devrait aller voir...

Avril les avait entendu aussi, ces cris. Ils venaient de l'endroit d'où les deux femmes étaient arrivées, des cellules vides qu'Avril avait inspectées. Nul doute que ceci était un piège ou bien une autre de ces apparition étranges qui semblaient pulluler dans cet endroit. Nul doute qu'il ne fallait pas aller par là. Nul doute qu'il fallait juste sortir.


"ça pourrait aussi être un piège."

Sortir.
Pour cela il fallait aller dans la direction qu'avait emprinté la brunette auparavent, suivant son instinct et la réponse à l'énigme posée par la voix. Mais était-ce vraiment judicieux d'obéir à cette voix qui posait des enigmes étrange tandis que ses jumelles fantomatiques venaient oter la vie des gens présents ? Certainement pas mais Avril présentait qu'il fallait avancer, tout comme elle pressentait qu'elle n'allait peut être pas sortir entière de cette prison sinistre.

Plongeant sa main dans son sac de fortune à la recherche de ses talons qu'elle avait précédemment taillés en pointe, Avril se décida à venir se placer devant son homologue capillaire passant ainsi du statut de protégée à celui de protectrice. Cela ne plairait peut être pas à la rouquine qui semblait être du genre à posséder une fierté exacerbée mais Avril s'en foutait. C'était dans le rôle de celle qui protégeait où elle était le plus à l'aise et dans son état il était peu certain que la rousse soit assez efficace dans le statut de protectrice.

"Il vaut mieux trouver une sortie avant que nous devenions les prochaines victimes de cette prison de taré."

Avril se surpris elle même de par la longueur de sa phrase et la clarté du ton qu'elle avait employé. Ce n'était pas ses habituels murmures inaudibles, c'étaient de vrais mots et aussi étonnant que cela puisse paraître, Avril n'avait de nouveau pas eu le moindre mal à les prononcer. Ses pensées précédentes revinrent alors, toujours aussi tranchantes de vérité mais elle préféra les balayer d'un revers de la main, comme on chasse une mouche un peu trop gênante.

De l'autre, d'ailleurs, elle sorti le poignard de fortune qu'elle venait de trouver au fond de son sac et le pointa en avant et tout en vérifiant que la rouquine la suivait toujours, elle s'enfonça prudemment dans l'Obscurité du couloir.

Celle-ci ne lui avait jamais aussi soudainement paru dérangeante.

[Direction -> Salle de garde]
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Lun 23 Avr - 9:21
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
"ça pourrait aussi être un piège."

Vrai. La jeune femme acquiesça en silence. Un piège ou la réalité. Il était impossible de savoir ce qu'il en était. Et à tout prendre, Ira préférait laisser mourir quelqu'un que de risquer sa propre vie. Il devait en être de même pour la claustro, compte tenu de sa réponse, tout aussi peu convaincue à la proposition de l'étudiante.

L'autre fouilla dans son sac. Elle en sorti des talons, sans doute ceux de ses escarpins, détruis pour leur avoir servi à récupérer les salopries de clefs. Ils étaient taillés. De véritables pieux.

Au moins, elles ne risqueraient rien si un vampire les attaquait. Quoi qu'il l'aurait sans doute déjà fait depuis longtemps.

Sortir. Voilà une obsession qui hantait le coeur des deux femmes. L'une comme l'autre semblait décidée à s'esquiver le plus rapidement possible de ces lieux maudits.
La claustro passa devant elle, imitant son réflexe protecteur, ce qui tira un sourire narquois à Ira. Même à l'article de la mort, elle refuserait d'admettre de dépendre de quelqu'un.

Sa liberté, elle l'avait durement gagné et elle y tenait comme la prunelle de ses yeux. L'heure n'était pourtant pas à se créper le chignon pour ce genre de "détail", aussi son sourire fut la seule marque de refus qu'elle ait. Sans se poser plus de questions, elle emboîta le pas de la jeune fille, son bout de verre dans la main, écoutant avec attention et inquiétude le silence dans son dos.

Depuis qu'elle avait vu le fantôme, elle ne pouvait s'empêcher de craindre de l'entendre penchée sur son oreille.

[direction Salle de Garde]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Lun 23 Avr - 21:52
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
[Arrivée du couloir]

Avril passa devant le corps de l'homme sans même lui accorder un regard, concentrée sur son objectif, elle était imperturbable. Mais quel était cet objectif ? Eh bien depuis tout à l'heure il n'avait pas changé, c'était toujours le même ; sortir, et vivante de préférence. La rousse sur ses talons, la demoiselles aux cheveux rouges marchait prudemment, sans le moindre bruit comme si ce silence étouffant pouvait être leur seule chance de salut si un ennemi se présentait.
Et ce serait surement le cas.

Arrivant face à la porte métallique de la salle suivante, Avril chassa cette sombre pensée aussi vite qu'elle était venue. Après tout, ce n'était pas le moment de désespérer ni même de devenir pessimiste. Bien qu'elle n'était pas de nature optimiste, à penser que tout ce qui pouvait arriver serait bien, elle savait qu'il fallait qu'elle garde les idées aussi claires que de l'eau de roche car en cet instant le verre n'était ni à moitié vide, ni à moitié plein.
Il débordait.

Et que se passerait-il si l'eau qui s'échappait de ses si fines parois de verre se mettait à couler au sol et à ramper tel un serpent, ondulant silencieusement vers un fil électrique ? L'électrocution.
Mais si l'électrocution ou bien la mort doit survenir un jour pour tout être, Avril ne souhaitait en aucun cas mourir dans cette prison aux murs de pierre aussi froid que son cœur de glace. On n'aurait pu rêver meilleur tombeau pourtant, pour cette demoiselle qui n'avait jamais ressentie la moindre émotion chaleureuse ou bien réconfortante autrement qu'en protégeant ou bien qu'en rendant justice à sa manière : le meurtre. Mais aussi glaciales furent ses émotions, elle ne mourrait pas ici.
Pas temps qu'il y aurait l'autre femme avec elle.

Elle l'avait vu, son sourire à la fois moqueur et pincé lorsque Avril lui était passé devant, armée de ses poignards. Elle l'avait entraperçu mais elle ne l'avait pas relevé. Après tout cette femme était le reflet même de l'orgueil, ce genre de réaction n'était donc pas surprenant et Avril ne lui en voulait pas. Ce n'était pas par bonté qu'elle protégeait les gens après tout. Ce n'était pas pour eux, c'était purement égoïste, Avril avait juste besoin de répéter ce schéma, encore et encore, comme pour exorciser les démons qui hantait son enfance. Égoïste oui.
Sourire.

La pièce dans laquelle les deux jeunes femmes venaient d'entrer était sobrement décorée, comme ce dont on attendait d'une pièce en pleine prison de toute manière. Une fenêtre à barreau éclairai assez la scène pour permettre à Avril de distinguer clairement l'homme assit à un bureau face à elles. Qui était-il, Avril s'en moquait. Elle était restée figée en le voyant, lui, juste avant de remarquer son étrange immobilités. Immobile, oui, il est techniquement impossible pour un humain de rester aussi figé que de la pierre... sauf à leur mort.

Pourtant Avril hésitait à s'approcher d'avantage. Qui sait, cet homme pouvait très bien être une autre de ces apparitions fantomatiques qui peuplaient la prison et n'attendre que cette occasion pour lui sauter dessus et la dévorer toute entière. Après un rapide coup d'œil en arrière pour vérifier que la rouquine était bien là et allait bien, elle lui fit signe de ne pas faire de bruit et de ne pas bouger tandis qu'elle entrepris d'avancer doucement vers l'homme supposé mort.
C'est alors qu'elle hurla.

Ce n'était pas un vrai hurlement, c'était un hurlement muet, qui retentissait toujours comme un écho à l'intérieur de son crâne tandis qu'elle baissait les yeux vers ce qui l'avait provoqué. En effet, ses petits pieds chaussés de ses pantoufles improvisées venaient de buter contre une forme allongée sur le sol, une forme étrangement humaine. Un zombie, un meuble, un vampire ? Non, un cadavre.
Le cadavre de la brune.

Dans sa main se tenait un drap teinté d'un blanc immaculé. Beaucoup trop immaculé au gout d'Avril quand elle se souvint que c'était ce que la voix avait demandé de chercher. La brune était morte en obéissant à cette voix ou du moins en tentant de lui obéir. Mais ça Avril ne le saurait jamais car les cadavres ne parlent pas. Le second présumé cadavre d'ailleurs attendait toujours sur sa chaise, son œil vitreux semblait fixer les seules deux vivantes de la pièces avec gourmandise et Avril dut puiser dans ses ressources de courage pour marcher jusqu'à lui.

Un pas, deux.
Trois puis quatre.
Sursaut de dégout.
Le type était bien mort.
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mar 24 Avr - 18:46
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
[arrivée du couloir]

Chaque pas était une véritable torture. Malgré cela, Ira avançait avec son éternelle force tranquille. Montrer sa douleur? Jamais. C'est pourquoi elle semblait aller parfaitement bien, alors que sa blessure au côté était de plus en plus intolérable. En sortant d'ici, ses priorités allaient changer. D'abord, elle se rendrait à l'hôpital pour qu'on soigne ses blessures et seulement après elle démolirait l'enfoiré qui l'avait mise là. Ce salopard payerait cher chaque goute de son sang versé. Et ça commençait à faire beaucoup de goutes qui étaient déjà tombées.

Et elle avançait derrière la jeune femme. Dans le sombre couloir, c'était son seul repère pour avancer. Elle passa devant l'homme à terre et lui lança un regard vide. La mort ne l'avait jamais émue, ni vraiment répugnée. Elle y était totalement indifférente. Une fois mort, on est mort. Point. On ne sent rien. Notre coeur cesse de battre et c'est tout. Le sang n'irrigue plus notre être. C'est la fin. Point.

La mort est plus triste pour les gens qui restent que ceux qui partent. Parce que ça fait mal de voir une personne aimée nous abandonner, se dire qu'on ne la reverra plus. Mais pour pleurer d'une mort il fallait encore aimer quelqu'un, avoir peur de perdre quelqu'un. Ira n'avait personne à perdre. Elle aurait plus pleuré en perdant ses pinceaux et ses boîtes d'aquarelles qu'en perdant un membre de sa famille. Une certitude qui aurait de quoi la faire consulter un psy si quelqu'un l'apprenait. Mais qui s'intéresserait à elle? Personne. Et c'était tant mieux. Ombre parmi les ombres, elle ne brillerait que par ses oeuvres. On parlerait de son intelligence, on parlerait du personnage qu'elle se créerait, celui qui signait ses travaux aux beaux arts. Erydrin. Elle brillerait à travers ce nom. Et ce serait tout.

Mais d'abord, il fallait sortir d'ici. Et pour cela, il fallait trouver la sortie. Et la voilà qui pénétrait dans une pièce éclairée. Très faiblement mais ses yeux habitués à la pénombre y voyaient comme en plein jour. L'étudiante balaya rapidement la salle du regard. Elle accrocha les deux corps. Le premier était inconnu, le second était celui de la dinde qui s'était jetée dans la gueule du loup. Sans prêter attention aux mises en garde de sa compagne d'infortune, elle s'approcha du cadavre de la fille et lui tapa le pied, pour vérifier si elle était bien morte.

~ Je l'avais bien dis que c'était stupide... déclara doucement Ira, sur le même ton désagréablement neutre qu'à son habitude.

Puis elle rejoignit le feu follet qui fixait l'homme mort avec dégoût. Elle se plaça à côté d'elle, sans un mot et observa à son tour le garde. Il n'était certainement pas là par hasard. Tout ici ressemblait à une grande mascarade, comme un grand tableau destiné à les tester. Ou simplement les tuer. Dans un cas, comme dans l'autre, elle ne se laisserait pas effacer d'un coup de pinceau.

Sans rien dire, la jeune fille s'approcha du bureau et le fouilla à la recherche d'un quelconque indice, un objet utile. Quelque chose. Mais le cadavre semblait la dévisager et elle n'aimait pas cela. Alors elle passa derrière le bureau et donna un grand coup de pied dans la chaise où il était assis, l'envoyant s'écraser par terre avant de reprendre ses recherches sur le bureau, balançant tout ce qui n'avait pas de valeur à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mar 24 Avr - 19:20
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Et tandis que le cadavre du garde assis sur la chaise tomba sur le sol, Ira, ainsi que Avril, qui n'était pas loin, purent entendre un bruit métallique sur le sol. Qu'était-ce ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mar 24 Avr - 23:09
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ignorant royalement les consignes silencieuses qu'Avril lui avait adressées, la rousse avait décidé de se mouvoir jusqu'à la dépouille de la brune afin de lui shooter machinalement dans les pieds, puis elle alla se placer aux côtés d'Avril et plaquant sur ses traits un incroyable masque de froideur, elle poussa brutalement l'homme au sol. Froideur, oui. Cette femme était froide, aussi froide que de la glace et celle-ci, même accompagnée de la cascade de flamme qui tombait sur ses épaules, ne pouvait fondre. Peut-être elle aussi gardait la trace de stigmates accumulés durant son enfance ? Avril n'avait pas l'intention de lui demander et de toute manière cette femme au visage figé dans une impression de neutralité exacerbée n'avait aucune raison de lui répondre si seulement Avril osait lui poser la question. Maudit soit ce sentiment de solitude qui poussait Avril à la sociabilité ! Il fallait qu'elle reste seule relationnellement, c'était ce qu'il y avait de moins dangereux pour tous et de toute manière ce n'était pas une poupée de glace aux traits figés qui lui aurait été de bonne compagnie. Malgré quelques ressemblances entre elles, elles n'étaient pas similaires.
Impossible.

Similaire est un terme très peu approprié quand on sait qu'Avril considère les êtres humains comme un même groupe de fourmis cruelles. Elle même en était une elle ne se sentait pas plus différente que cela, seulement elle avait conscience que ces fourmis étaient aussi dangereuses pour elle qu'elle ne l'était pour la fourmilière. C'était donc plutôt par instinct de conservation que par envie qu'elle s'était exilée, petite fourmis renégate et solitaire qu'elle était. Pourtant, l'on sait qu'il est techniquement impossible pour un humain de devenir un parfait ermite, celui-ci ayant toujours besoin de contacts humains. C'était ce n'était pas pourtant pour cela qu'Avril s'était automatiquement privée de paroles même si cela avait été plutôt par instinct qu'une action réfléchie elle s'était tout de même rendue muette pour éviter que ces contacts avec le reste des mortels ne lui soient fatals. Il ne fallait pas qu'elle s'attache, les ravages que ses cicatrices à elle avaient opéré sur la totalité de son être était trop longues, trop profondes pour avoir un jour une chance d'être réparées autrement qu'en répétant le schéma de la cuisine et pouvaient bien au contraire causer tristesse et victimes.

Pourtant... Oui, pourtant Avril ouvrit la bouche et prononça les quelques mots qui faisaient toujours débuter une relation entre deux personnes, peu importe la forme que celle-ci aurait par l'avenir. C'était juste diaboliquement tentant et même une fourmis exilée comme Avril ne pouvait y résister. Finalement, il semblerait bien que le besoin de... quelque chose soit trop puissant et trop irrésistible, même pour Avril. À l'image d'un carré de chocolat noir, elle voulait le croquer, le sentir, le faire fondre sur sa langue pour en apprécier l'amertume et ceci même si un échantillon pouvait devenir une véritable addiction. Comme du chocolat noir, vraiment.

"Le moment n'est absolument pas bien choisi. Mais je m'appelle Avril... et toi ?"

Il est inutile, je crois, de préciser à nouveau que ces paroles franchirent la barrières de ses lèvres avec aisance et clarté. Avril n'était plus surprise par ce changement radical à présent mais cette netteté l'inquiétait un peu, il apparaissait à ses yeux comme les premiers symptômes de sa faiblesse. Pourtant elle chassa cette pensé à nouveau lorsqu'elle entendit retentir sur le sol un son métallique produit par un des objets que la femme de glace avait volontairement envoyé au sol. Ce son métallique lui rappela soudain que le cadavre de l'homme avait produit un son similaire en s'écrasant par terre. Cette distraction opportune soulagea Avril tendis qu'elle lui conférait quelque chose d'autre que de sombres pensés à ruminer. Alors, elle contourna le bureau pour s'avancer doucement vers la dépouille du pauvre homme, puis elle l'empoigna par la veste et le retourna.

Après avoir ainsi positionné le cadavre, elle entreprit de fouiller un peu partout autour de lui, sous lui et dans ses vêtements ce qui avait bien pu produire ce son métallique. Bien sûr elle forçait un peu le nez à cause de l'odeur putride qui se dégageait de lui à chaque fois qu'elle secouait sa veste ou bien le déplaçait ne serait-ce qu'un tout petit peu. Telle de la poussière, la senteur putride du corps semblait s'envoler et se manifester à chaque fois que celui-ci bougeait. C'était répugnant.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 25 Avr - 16:06
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
L'homme était tombé sur le sol, et le son métallique retentit. De là, l'une des filles s'approcha du corps, et le fouilla. C'était bien joué, et il semblait qu'Ira avait eu de la chance de faire tomber le corps, sinon l'auraient-elles fouillé ? Y auraient-elles pensé ?

Félicitations, Avril

Tu as trouvé une clé




Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 25 Avr - 16:38
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
C'est triste de ne rien trouver d'utile quand on cherche. Mais c'est encore plus triste d'être seul à s'activer. Ira ne se sentait pourtant nullement affectée par le regard que lui portait sa salvatrice. Ou plutôt le regard qu'elle posait sur le bureau qu'elle était en train de renverser.

Elle manqua presque d'écouter ce que le feu follet lui racontait. Presque seulement, puisque ses paroles réussirent à se frayer un chemin jusqu'à l'oreille de la femme corbeau.

"Le moment n'est absolument pas bien choisi. Mais je m'appelle Avril... et toi ?"

Les plumes volèrent dans son esprit, révélant un petit nid où dormait un oisillon, presque mort. Il était en piteux état, ne ressemblait vraiment à rien, avec ses yeux dorés à demi clos et son petit corps rabougri. Il était sans plume, nu comme un ver et n'avait même plus la force de piailler pour qu'on vienne le sauver. Seulement, dans le nid, il y avait un résidu de son plumage. Une unique plume. Multicolore. Rouge, vert, bleu, jaune, orange, violet. L'arc-en-ciel y était au grand complet. Ce petit oiseau aurait du être un bel oiseau de paradis, ses grands d'or auraient du percer le ciel avec fierté. Au lieu de cela, il restait prisonnier de son nid, recouvert par les plumes noires des corbeaux. Cet oisillon n'était pourtant pas inquiété par les corbeaux. Ces derniers ne s'approchaient jamais pour le blesser. Ils le couvaient, le cachaient, mais ne lui faisait pas de mal.

Cet oisillon s'appelait Clementia.

~ Ira... Je m'appelle Ira.

La femme corbeau avait cessé de trifouiller le bureau. Elle était figée, statufiée. Sa voix avait tremblé. Elle avait hésité. Puis elle avait parlé. Et elle était maintenant presque choquée. Elle l'avait aperçu. Le regard d'or. Serrant les dents, elle ferma les yeux un instant et en les rouvrant, elle constata qu'Avril était en train de fouiller le garde.

~ Tu devrais faire plus attention... T'as vu ce qui se passe quand on ne l'est pas assez. Protège toi les mains avant de toucher à quelque chose.

La neutralité prédominait à nouveau. Elle ne regardait même pas Avril, giclant à nouveau ce qui restait sur le bureau. Elle ne revint à elle que plus tard, lorsque la jeune femme sembla stopper ses investigations sur le corps. Elle se tourna alors vers elle, s'asseyant au bord du bureau, pour essayer de calmer la douleur de sa blessure.

~ Tu as trouvé quelque chose?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Jeu 26 Avr - 17:02
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
~ Ira... Je m'appelle Ira.

Ira... C'était un beau prénom. Peu courant, court et sobre mais tout aussi mélodieux que tranchant; un prénom qui allait à ravir à cette reine de glace. Lâchant la veste du cadavre à qui elle avait décidé de faire les poches, Avril se mit à observer la jeune femme du coin de l'oeil alors qu'elle aussi avait stoppé ses investigations pour fixer un point invisible sur le bureau, les yeux dans le vague. Puis se reprenant soudain, elle reprit la fouille tandis qu'Avril détournait les yeux pour poursuivre ses propres recherches.

~ Tu devrais faire plus attention... T'as vu ce qui se passe quand on ne l'est pas assez. Protège toi les mains avant de toucher à quelque chose.

Il était trop tard pour ça, désormais. Cela faisait déjà plusieurs minutes que la dépouille de l'homme était passée au peigne fin par les mains expertes d'Avril et il était certain que si celle-ci avait été couverte d'acide ou de quelques autres substances que ce soit, les mains d'Avril auraient fondu depuis une éternité déjà, or elles se portaient comme un charme. Un tintement métallique se fit entendre à nouveau, tirant la demoiselle aux cheveux rouges de ses pensées.
Orientant son regard vers la provenance du son, Avril constata qu'il s'agissait d'une clef posée sur le sol à quelques centimètres des pieds de l'homme. Elle s'en empara et la fit tourner entre ses doigts telle une précieuse relique faite d'or et incrustée de pierres précieuses. Mais bien entendu, en dehors de sa forme pour le moins étrange, la clef était tout ce qu'il y avait de plus banal et bien que sa couleur tienne plus de l'argent que de l'or, il y avait très peu de chance pour qu'elle soit faite dans ce matériaux. Mais de la valeur de cette clef, Avril s'en moquait éperdument, préférant se demander qu'elle pouvait bien ouvrir. Était-elle le passe permettant d’accéder à la sortie, pour bien la clef d'une autre de ces portes de cellule ?

~Tu as trouvé quelque chose?
"Une clef."

Comme pour prouver ses dires, Avril leva la clef afin qu'Ira puisse la voir puis elle se releva et de se dirigea machinalement vers l'armoire au fond de la salle. Après tout, ce n'était pas après une découverte que les recherches devaient se stopper ! Il y avait peut être encore quelques objets utiles dissimulés dans cette salle. Pourtant, lorsqu'Avril ouvrit l'armoire elle ne pu que constater que celle-ci n'abritait rien de plus que quelques toiles d'araignées et une épaisse couche de poussière. Nullement découragée, Avril revint sur ses pas et jeta un rapide coup d'oeil au contenu de la poubelle située derrière la porte mais comme là encore, elle fit choux-blanc, elle se tourna vers sa camarade et lui proposa :

"Et si nous allions tester cette clef sur les autres portes du couloir ? Il n'y a plus rien d'intéressant dans cette salle."

Après avoir regardé rapidement en arrière pour vérifier qu'Ira la suivait bien, Avril referma sa main gauche sur la poignée de la porte, l'ouvrit et s'enfonça à nouveau dans le couloir.

[Direction ---- > Le couloir \O/]
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Ven 27 Avr - 11:39
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Avril avait récupéré une clef. Ira cessa de renverser tout le contenu du bureau pour tourner les yeux vers l'objet que lui montrait négligemment sa coéquipière. Une clef aux motifs stupides qui dénotait parfaitement avec le lieu où ils se trouvaient. Tellement pathétique.

Elle ferma ensuite les yeux, laissant la jeune femme fouiller le reste de la pièce. Sa blessure la lançait douloureusement, elle avait besoin de se reposer un peu. Quand est-ce que tout ceci allait cesser? Il lui semblait n'avoir jamais rien connu d'autre que les murs froids de cette prison. Comme si ses souvenirs s'estompaient pour ne former plus qu'un lavis de couleur gris. Que faisait-elle avant d'être enfermée là? Elle ne s'en souvenait même plus.

"Et si nous allions tester cette clef sur les autres portes du couloir ? Il n'y a plus rien d'intéressant dans cette salle."

L'étudiante rouvrit les yeux et se redressa lentement, pour ménager sa blessure.
Pour toute réponse, elle hocha la tête et la rejoignit tranquillement jusqu'à la porte, la suivant à nouveau dans le sombre couloir.

[direction le couloir]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Ven 27 Avr - 12:55
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Un bruit de tintement se fit entendre dans la cellulle de Cifer
" Hein? C'était quoi? C'est les chaînes de son lit qui ont pétés ?
Ny' regarda autour d'elle et à part les chaînes rien ne pouvais faire un bruit comme ça en tombant...
Récapitulons la situation :
On m'a jetée contre le mur ce qui m'a assomée. Je me suis retrouvée ici, avec juste assez de lumière pour voir ou je suis. Il n'y a rien à part une armoire au bout du couloir. Cifer, mon voisin est à côté dans une piéce noire et sombre. Un tintement viens de se faire entendre dans sa celulle et je viens de voir passer une dame ou un homme, je ne sais pas habillé[e] tout en blanc.
Une ampoule s'alluma dans la tête de Ny'
Et si cette femme nous aidait ?! Si elle avait balancée une clef à Cifer ?!.
Ny' se laissa tombe contre le mur.
Si il a une clef... je n'en suis même pas sûre.Mais si il en a une faites qu'il me sorte de là...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Sam 28 Avr - 13:01
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
[arrivée de la salle de garde]

De retour dans le couloir, Avril teint la porte afin qu'Ira puisse passer puis la referma derrière elle. Celui-ci avait la même apparence que lorsqu'elles l'avaient laissé, un long boyau sombre et glacial décoré uniquement avec les taches ensanglantées produite par le cadavre du jeune homme qui gisait toujours au sol. La jeune fille aux cheveux rouges soupira en constatant que la lumière n'était pas venu immiscer ses doigts bienfaiteurs dans le tableau macabre. Pas que l'Obscurité la gênait outre mesure mais il était certain qu'avancer guidé par un peu de lumière diminuait les risques de chutes malencontreuses et augmentait la possibilité d’apercevoir ce qui pouvait être utile. Mais Avril était également soulagé par cette découverte, aucun risque de croiser le regard vitreux du cadavre et l'Obscurité les protégeait des regards ennemis.
Sauf si les fantômes pouvaient voir dans le noir.
Ce qui était fort probable.


Progressant silencieusement dans ce tunnel qui paraissait sans fin, Avril ne cherchait pas de la lumière au bout et même si la mort attend, lumineuse et attirante chacun au fond d'un tunnel, la demoiselle préférait faire un détour quitte à devoir y retourner fatalement plus tard. Non, elle ne cherchait pas de lumière mais une porte. Il y en avait plusieurs dans ce couloir, elle les avait vu précédemment et désormais elle se demandait si la clef qui était en sa possession n'était pas celle qui était à même de les ouvrir. S'arrêtant face à l'une d'elles, elle en testa la poignée et lorsqu'elle constata que celle-ci était verrouillée, ne se faisant pas prier le moins du monde elle introduisit sa trouvaille dans la fente de la serrure et la fit pivoter.
[Direction le dépôt si cette maudite porte daigne s'ouvrir~]
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Lun 30 Avr - 22:07
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
C'était bien la clé du dépôt qu'Avril venait de trouver. Et bien qu'il fasse noir, elle arpenta quand même le couloir avec une intuition presque étrange le couloir, sans même se demander si elle allait au bon endroit ? Pourquoi pas, après tout, il n'y avait pas tellement d'endroits à rechercher ici, et donc il semblait logique que ce fusse là.
Elle enfourna donc la clé dans la cellule, et à son grand soulagement, ou ne serait-ce pas le cas ? elle sentit la clé tourner, et le verrou sauter.
Revenir en haut Aller en bas
Cifer Ro
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 2 Mai - 8:07
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Cifer avait l'impression de suffoquer dans le noir. Il en avait marre d'être enfermé dans ce cachot comme un meurtrier, mais ... C'est vrai, il l'ai. Il avait tué son père sans le vouloir. C'est peut être une sorte de punition ? Non, ça peu pas être ça ... Non, c'est pas possible ça. Il entendit soudainement un bruit de fer qui glissé quelque part. En s'aidant du mur, il se redressa, sa gorge le brulé encore sous la soif. Il passa sa main sur sa tempe, venant boire un peu de son sang, ça le calme un peu, mais pas suffisemment. Il s'avança avec difficulté, et s'abaissa là où il avait entendu le bruit, cherchant a savoir de quoi il s'agit.

Avec sa main, il tâta le sol, quand il heurta et fit bouger quelque chose. C'était froid et petit. Il tâta encore plus doucement cette fois et tomba dessus. Il prit en main et comme un aveugle, il toucha l'objet. Le temps que son cerveau cherche et remette en place de quoi il s'agit, le temps s'écoula énormément.


_Une clé !

S'exclama t il. On était enfin venu a son aide. Mais qui lui avait onné la clé ? De qui s'agit il ? Cela l'intrigué, autant sortir au plus vite, et repartir a sa recherche. Il se redressa, il devait déjà trouver la porte, ainsi que la serreur. Il fit glisser ses mains sur le mur où il avait trouver la clé devant. Il tâta encore, comme un aveugle. Sa tête se mit a tourner a cause de la blessure. Mais il continua de chercher, quand il trouva enfin une fente. De l'air passer a traver. Etant torse nu, il avait froid depuis tout a l'heure. Il toucha alors d'un côté de la fente et trouva un petit trou. Enfin, il trouva la serrure. A l'aveugle, il enfourna la clé, elle se bloqua a plusieurs reprise, et la tourna dedans. Un "Clic" résonna. C'était enfin ouvert ! Il poussa la porte, et regarda alors l'extérieur de sa prison. Il devait aussi aider Ny'.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Jeu 3 Mai - 15:32
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Un bruit de porte se fit entendre, une porte qui s'ouvre. Par réfléxe Ny' se précipita devant les barreaux de sa cellulle espérant pouvoir voir qui était là .
Elle vit un homme, sortir d'une celulle ou aucune lumiére ne filtrait, il saignait et était torse-nu. Son côté Droit du visage était brûlé rendant son oeil droit d'un bleu assez pâle. Ny' n'avait aucun doute, c'était Cifer. Ny' fut contente à peu prés un dixiéme de seconde avant d'appeller Cifer
- Hé, Cifer ?! Je suis là, C'est moi, Ny'.
Ny' aussi paraissait délabrée, plus de manche sur sa robe, plus de chaussure non plus.
Une jolie coupure sur la joue gauche, son bras en sang et un garrot au dessus de cette blessure.
Ny' attendait qu'on la sorte enfin de cet enfer.
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Dim 6 Mai - 14:50
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
La jeune femme suivit sa cadette dans le couloir, en silence. Elles n'avaient rien à se dire, rien à déclarer. Elles savaient où elles allaient, pour la première fois depuis leur arrivée ici en ce qui concernait Ira. La flamme de givre se déplaçait plus lentement à cause de sa blessure mais elle était toujours aussi silencieuse.

Ombre parmi les ombres. Il y avait de quoi faire froid dans le dos.

Attentive au moindre bruit, elle suivait Avril de près, suivant le couloir en gardant sa main posée sur le mur. Indispensable pour avancer et pour se rassurer.
Il y eut soudain un renfoncement, une porte. Et sur cette porte, une serrure qu'Avril testa en y introduisant la clef qu'elle avait récupérée plus tôt.

La clef tourna et la serrure céda. Les deux jeunes femmes purent entrer.

[direction le dépôt]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 9 Mai - 11:11
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
En effet, prendre une clé, pousser une porte, et se dire qu'il fallait faire ceci était bien, mais pas suffisant. On ne fait pas le monde avec du conditionnel, et la preuve allait se montrer ici-même, envers la personne de Cifer Road.
Ivyi était venue il y avait peu de temps, et vraiment, elle était étonnée de voir qu'ici, peu de personne essayait vraiment de sortir et de comprendre. Et bien quoi ? Était-ce normal de se retrouver enfermé dans une prison, et de rester à ne rien faire dans sa cellule. D'habitude, ils étaient bien plus réactifs que ça, et le jeu en était plus exaltant. Là, rien, c'était à se demander s'ils ne savaient pas déjà pourquoi ils étaient là, et s'ils avaient finalement prévus d'assumer leurs actes en restant enfermés ici. Non, ce n'était pas possible, puisqu'ils ne savaient pas du tout pourquoi ils étaient là. La fuite n'avait pas pu avoir lieu. Pas encore. Elle avait entendu des hommes venir, ici. Des hommes de l'extérieur, mais ils n'avaient pas pu les voir, eux, c'est donc que le plan fonctionnait à merveille.

Ivyi s'était donc amenée une fois de plus dans les cellules, et elle espérait bien que ce fusse la dernière fois, car elle en avait bien assez de faire le chemin pour des ignares. S'ils voulaient mourir, et bien elle les laisserait mourir de faim et de soif, bien qu'ils mourraient certainement de soif, avant de mourir de soif. On ne pouvait pas mourir de faim tant qu'on avait de l'eau. Ils allaient donc crever ici sans cruche ni espoir.

Elle flottait devant la porte que Cifer n'avait pas encore franchie, dans ce couloir qu'il n'avait pas encore pénétré. Alors, qu'attendait-il pour apporter la clé à sa compagne de cellule ?

Elle lui souffla au visage, en plein visage, un courant d'air glacé qui lui gela le nez pendant un bref instant. Il ne pouvait la voir, mais sentit cela comme si on lui avait collé un glaçon en pleine face. Alors, c'était le premier avertissement d'Ivyi, et si dans 3 minutes, il n'avait toujours pas bougé un cil, elle le finirait en le gelant entièrement sur place.



(tu as trois jours pour bouger Cifer).
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 9 Mai - 12:40
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Pas question d'attendre plus longtemps enfermée ici avec les araignées. Un bout de bois était entreposé dans sa cellulle, un gros bout de bois, lourd et bien massif, pourquoi ne l'avait-t-elle pas vu plus tôt ? Et qu'attendais Cifer...?
Quand il faut y aller, il faut y allerDit-elle en se retroussant les m..En fait, elle n'en avait plus mais avait fait ça par réfléxe. Elle se prépara physiquement et souleva plusieurs choses avant de s'attaquer à ce bout de bois. Aprés une dizaine de minutes,elle était prête à prendre cette espéce de bûche. Elle dû s'y prendre à mainte fois avant d'arriver à la soulever mais une fois qu'elle l'avait prise en main, elle ne la lâcha pas.
C'est maintenant, où jamais...
Elle balança de toutes ces forces la bûche sur les barreaux, sans succé....Mais elle entendit des pas...
Revenir en haut Aller en bas
Cifer Ro
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 9 Mai - 17:51
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Cifer avait poussé la porte, près a mettre un pied dehors. Il regarda, et il faisait bien sombre. Il distingua au fond quelque chose, mais ne releva pas quoi. Une voix. Il entendit Ny' qui l'appelé. Il retira la clé de la serrure, mais soudainement, il sentit un air froid lui parcourire au visage. Il sursauta, ayant l'impression d'avoir sentit quelque chose. Qu'est ce que c'était ? Le coeur tabourinant de peur, il s'avança un peu, mettant le pied hors de sa prison. Il regarda a gauche, puis a droite, et s'avança vers le visage féminin qu'il voyait a travers les barreau d'une cellule. Il soupira lourdement, pas besoin de s'agiter de la sorte ! Il l'avait vue.

_Du calme ! Je viens !

Il parlait assez bas, comme s'il avait peur qu'on l'entende. Mais mince, pourquoi réagissait il de la sorte ? La peur ? Est ce la peur qui fait ça ? Il secoua la tête et vint mettre la clé dans la serrure pour la tourner, et entendre le "clic" du verrous qui s'ouvre. Il ouvrit la porte, tâtant, ne voyant pas tellement bien dans la pénombre, de plus, son oeil aveugle ne rend pas les choses faciles. Iil n'avait pas l'impression de voir de lumière, ou même un brin d'éclaircissement. Tendant les bras devant lui, il l'apella.

_Ny' ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 9 Mai - 17:56
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Un cliquetis se fit entendre, Cifer était là, la cage de la porte ouverte, elle pouvait enfin sortir de cet horrible endroit.
Ny' ?

Cifer !
Enfin, elle sortait de cet enfer...
Revenir en haut Aller en bas
Cifer Ro
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 9 Mai - 18:07
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Cifer la regarda, enfin tentait de la regarder. Il avait les mains et bras tendu vers l'avant, il l'a cherché bien qu'il l'entendait. Il sentit qu'il l'a toucher au visage, passant les doigts sur son nez, la bouche, et descendit la main plus bas pour lui prendre sa main.

_Je vois rien, mon oeil gauche ne m'aide pas en plus. Il faut qu'on quitte les cellules et qu'on cherche une sortit !

Il en avait marre et raz la casquette d'être enfermé dans le noir. Son ventre se mit a gargouiller, ainsi que sa gorge le brulé. Le sang coulé toujours un peu de sa tempe, ça avait du pas mal sécher.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 9 Mai - 18:57
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ny' montra à Cifer une flaque d'eau si il voulait se désaltérer, la cellule était assez claire pour qu'il repére. Enfin, elle sortait...

[Direction l'armoire à clées]


Merci de faire un poste plus long la prochaine fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 9 Mai - 19:00
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
[Arrivée de la cellule 116]
Une armoire, brisée, rien de bien intéréssant par ici, mais pourtant on sentait que quelqu'un était passé avant elle, cette vitre ne s'était pas cassée toute seule.Un couloir, Youpi !

[ Direction le couloir du 2éme étage . ]

merci de faire un poste plus long la prochaine fois !
Revenir en haut Aller en bas
Cifer Ro
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 9 Mai - 19:32
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
[Arrivé de la cellule 116]

Cifer avait réussit a trouver la main de Nyteshade qui s'était mise a marcher sans vraiment l'attendre. Heureusement qu'il avait attraper sa main pour la nsuivre, sinon il serai a la traine. Il n'avait pas vue la flaque d'eau, puisqu'avec un oeil invalide, il voit déjà très mal, alors dans le noir avec une toute fine lumière, il voit rien.

_Hey ! Va pas si vite !

Hurla t il alors qu'il avait peine a la suivre. Ils s'arrétèrent un instant devant quelque chose. Il avait du mal a distinguer se que c'était. Il glissa la main libre dessus, sentant qu'il y avait eu une vitre entre, tient, cette vitre a été brisé. Il retira la main, avant de se couper. Il plissa les yeux, tentant de voir quelque chose, il ne vit rien a l'intérieur de cette armoire. Mince alors, même pas une lampe torche. C'était vraiment pas de chance, elle était vide.

_Rah, j'en ai marre d'être dans le noir !

Il tapa du pied sur le sol tel un cheval énervé. Il tourna le visage vers la jeune fille, voyant très légèrement a quoi elle ressemblait. La pénombre le rendait presque aveugle. Un couloir ? Et pourquoi youpi ? Elle ne voit tout de même pas la sortit ? Un couloir peut mener n'importe où, mais pas sur que se soit vers la sortit. Malgré tout, sa main dans la sienne, il la suivit

Spoiler:
 

[En direction du couloir]

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le : Mer 9 Mai - 19:38
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Avril hésita pendant quelques minutes à ouvrir la porte. En effet, bien que la jeune fille ait entendu le déclic du verrou son corps semblait paralysé dans une sorte d'attente. Attente de quoi ? Eh bien... D'une décision. Effectivement, du haut de ses dix-sept ans et de ses chaussures rafistolées la demoiselle aux cheveux rouges à faire brûler les flaques d'eau était sujette à une foule d'émotions contradictoires qui, malgré le masque de neutralité qui barrait son visage, semblaient bien décidées à prendre le contrôle sur son esprit et sa réaction. D'une part la curiosité et d'autre part... l'angoisse.

Mais Avril, qui n'avait jamais vraiment prêté attention à ce que les sentiments tel que la peur ou bien l'appréhension lui dictaient, pris son courage ainsi que la poignet de porte à deux mains et l'ouvrit brutalement pour tomber sur... un dépôt. Premièrement Avril sentit des vagues de soulagement mêles à une pointe de déception la parcourir. En effet, rien ne laissait penser qu'un quelconque danger se terrait dans cette pièce qui fut vite balayé par ses yeux émeraudes et cette affirmation suffisait à déclencher ces deux émotions dans le cœur d'Avril. Bien entendu, le fait de tomber sur la personne qui les avait amenés ici et que la flammèche avait choisi de nommer "l'Autre" était en
soit quelque chose d'assez effrayant mais n'était-ce pas excitant non plus de découvrir le visage de leur diabolique hôte ? Peu importe ces pensées futiles, après tout les seules choses présentes dans cette pièce étaient les caisses d'un vieux bois sale qui vomissaient généreusement leur contenu sur le sol pour la plupart tendis que les autres bien alignées et ouvertes laissaient entrapercevoir des myriades de bouteilles de verre verdâtres certainement remplies de bierre ou d'un quelconque autre alcool.

Le ventre de l'adolescente émit un grognement discret tendis qu'elle se demandait si les deux jeunes femmes pourraient dénicher de la nourriture parmi les caisses et les cartons. Probablement et c'est dans l'optique de fouiller cette pièce de fond en comble que la demoiselle-allumette commença à s'avancer. Malheureusement, après quelques pas elle buta dans quelque chose et lorsqu'elle baissa les yeux vers cet obstacle elle ne pu que constater qu'il s'agissait là de deux objets qu'elle n'avait pas remarqués précédemment.


Deux pots noirs identiques en tout point sauf sur le mot qui ornait chacun d'entre eux. Sur l'un "Ténèbres" tandis que le second arborait le mot "Lumière". Avril sourrit, finalement peut-être allait-elle dénicher quelque chose d'intéressant dans cette salle. C'est alors dans l'espoir d'assouvir sa curiosité et son envie d'évasion -qui sait ce que contenait ces pots ?- qu'elle souleva le couvercle du pot "Lumière", après bien entendu avoir recouvert ses mains de bandes de tissus. Ainsi peut importe ce que contenait ce pot, acide ou pas, pas une goute n'entrerait en contact avec la peau ivoire de la flamme à robe rouge.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sujet: Re: Chapitre 2 : La prison du saint graal   
posté le :
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Revenir en haut Aller en bas
 

Chapitre 2 : La prison du saint graal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantasmagoria :: Anciens RP-