Fantasmagoria

La plateforme de gestion
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

 

 Et elle se répand la rumeur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Lun 7 Mai - 21:28
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
8 mai


    Le matin s'est levé et sur un lampadaire, on a trouvé un étrange message d'affiché. La petite fille l'a vu, elle l'a dit. C'est un grand monsieur au visage caché par la nuit, enveloppé dans un long manteau noir et les mains couvertes de gants en cuir qui l'a placardé là. C'est le clou qu'il a enfoncé dans le métal qui a réveillé l'enfant au petit jour, du moins c'est ce qu'elle soutient à ses parents et à tous les habitants qui ont défilé peu à peu à sa porte.

    Le message est là, il attend, balloté par le vent du matin.


    Il y a de l'agitation sur la place centrale. La rumeur gronde. Mais personne ne s'approche de ce message. Y aura-t-il un curieux qui osera s'approcher?


Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Mer 9 Mai - 21:16
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Un curieux, peut-être. Une curieuse en tout cas, que personne ne vit tant elle était bien cachée, sous son capuchon noir, les yeux sombres comme deux billes de carbone dans les ténèbres. Pas un seul bruit ne venait d'elle, ni de sa longue toge, ni de ses pas. Elle ne bougeait pas, restait figée ; car personne ne devait savoir qu'elle était là. Autant elle se savait en sécurité chez elle, autant ici, elle était exposée à tous les dangers. Seulement, on ne savait pas comment, mais Nevroze savait à peu près tout ce qu'il se passait ici, et il lui sembla que ce matin, il se passait des choses étranges. Des choses... qui ne devaient pas être là. Quelque part dans leur maison, ou où que ce soit, ses victimes dormaient, corps évanouis tandis que leur âme était emprisonnée dans une prison. Une âme consistante, bien réelle, et ça lui aurait fait drôle de voir l'une de ses victimes s'amener ici. Il aurait pu la reconnaitre. Non, parce qu'il ne savait même pas qui avait eu l'audace de les emmener là-bas. Donc, sous sa capuche, ici, dans les fourrées noirs de l'ombre, dans un coin de maison, elle était en sécurité, car personne ne pourrait la voir. Ainsi, elle laissa son attention glisser doucement sur cette attraction du matin : une drôle de pancarte qu'on avait affichée sur la place publique. Une pancarte dont elle avait du mal à suivre l'écriture d'ici, tant ça paraissait incompréhensible, mais... si, c'était bel et bien incompréhensible.

Nouez aveu mérite cidres

Nouez aveu mérite cidres ? Mais qu'est-ce que ça voulait dire ? Il y avait bien des mots, certes, mais non pas mis à l'envers, puisque quelque soit la phrase, ça ne voulait absolument rien dire.

Nevroze fronça les sourcils. Cette blague était de mauvais goût. De loin, elle entendit vaguement le terme de "capuchon noir", revenir fréquemment, et bien entendu, Nevroze se dit qu'automatiquement, les soupçons allaient se porter sur elle, sauf que cette fois-ci, elle n'avait absolument rien fait. On lui faisait donc une farce. Ce ne pouvait être que ça. Une très mauvaise farce. Et si elle attrapait l'être malfaisant qui s'était aventuré à ce genre de plaisanterie, elle lui ferait passer... le dernier quart d'heure le plus horrible de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Jeu 10 Mai - 16:04
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Ny' sortait trés rarement de chez elle, mais aprés tout, il fallait bien qu'elle mange, toujours dans sa robe gothique noire, ses cheveux étaient lâchés et en batailles, elle ne s'était pas lavée le visage ni peignée, aprés tout si elle sortait une fois par mois, la prochain fois on ne se souviendrait plus d'elle alors à quoi ça sert de faire des efforts?
Les courses faites elle se dit qu'elle allait faire un petit détour par la place centrale histoire de prendre un peu plus l'air que d'habitude. Son panier de courses en main, elle vit qu'il y avait de l'animation aujourd'hui, tout le monde était agglutiner à un endroit, Ny' se dit que pour une fois elle allait faire sa curieuse, se faufilant entre les gens qui semblaient ne pas vouloir approcher, elle vit une jeune fille, ou un jeune homme peut-être ? On ne la distinguait pas avec son capuchon noir. Une pancarte étais placé devant ce "Capuchon noir" Pourquoi personne ne s'approchait ? Mystére...
Ny' s'approche et se mit à coté de "Chaperon noir" avant de constater que c'était une fille. Ny' lit ce panneau.

Nouez Aveu Mérite Cidres, Cherchez et vous trouverez

, suivie d'une croix Nazi, ou gammée comme vous préférez.
C'est quoi, une énigme...? Sa ne veux rien dire.... Pensait-t-elle...
Ny' se dit que pour une fois elle allait rester un peu plus longtemps que préfu sur cette place, d'abbord elle éxamina tous les mots et leurs signification et pose son panier de course. Personne ne s'approchait et la jeune femme en noir regardait toujours le mot en fronçant les sourcils...
Bien, commençons... Pensait-t-elle
Alors, Nouez et écrit avec un z donc ça doit être Nous...Ensuite...Aveu, lui ne prends pas de x donc on peux en déduire qu'il n'y en à qu'un seul...et avouer quoi ? Un crime ? Un pêché, aparemment aucun indice là-dessus. Mérite, le mérite c'est une qualitée, nouer l'aveu d'une qualité, ça n'a toujours aucun sens....passons...et cidres... Le cidre est une boisson mais avec un s, pour en exprimer plusieur ou bien un signification tout autre....? Ny' méditait la-dessus
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Sam 12 Mai - 14:13
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.

Aslitelʹ
The greatest mystery of life ?
Death


Un souffle froid et régulier. Il n'en fallait pas plus pour savoir qu'il était là. Venu de nul part, ombre au sourire sardonique, il observait la scène de toute sa hauteur. Il était juste derrière elle, derrière l'ombre encapuchonnée. Comme devinant son mécontentement, les bras croisés dans le dos, il se pencha vers elle, par-dessus son épaule et son sourire s'élargit.

~ "Cherche et tu trouveras." répéta-t-il en détachant désagréablement chaque syllabe.

L'instant d'après, il n'était plus derrière Nevroze mais planté à côté de la gothique qui pensait tout haut. Il l'écoutait. Et il riait intérieurement. Cette simple petite énigme semblait leur poser problème. Et c'était amusant.

Puis, il se décida pour une raison aussi mystérieuse que sa présence ici.

~ C'est bien à vous que l'on s'adresse. Il faut jouer à l'apothicaire ici, les lettres sont les ingrédients.

L'instant d'après, il avait disparu, son rire narquois dansant encore sur la place.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Dim 13 Mai - 18:34
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Nevroze n'était pas devant la pancarte, comme certaines pouvaient le croire, mais bel et bien loin de tous, cachée quelque part dans un coin d'ombre dans lequel elle s'était dissimulée. On ne pouvait donc pas savoir qu'elle était là à moins de l'y chercher, et encore fallait-il savoir qu'il y avait quelque chose à chercher.

Elle vit donc de là où elle était une fille qu'elle ne connaissait que depuis quelques jours, une nouvelle, s'approcher de la pancarte ; la première de la journée. Y en aura-t-il d'autres qui seraient curieux de voir ce qu'il se passait ici ? Car bien que Nevroze ait fait des choses étranges, et qu'il était justifié qu'on la traita de sorcière, il était évident que cette fois-ci, elle n'était pas l'auteur de ce message, mais évident pour qui, si ce n'était que pour elle ? Comment le reste pouvait-il le savoir ? Et aurait-elle assez de cran pour venir s'élever sur cette estrade, devant cette pancarte, afin de crier au monde qu'elle n'avait rien à voir avec cette farce ? Elle ne l'avait pas, car elle avait toujours eu l'habitude de travailler dans l'ombre. La lumière la brûlerait. Ils la brûleraient tous. Ainsi, elle resta dans son coin, et regarda de loin cette jeune fille réfléchir à voix haute des choses qu'elle ne pouvait entendre d'aussi loin.

Nevroze chercherait aussi pour son compte, et trouvera, si elle le pouvait, avant cette fille, l'auteur de ce maudit message, afin qu'il passe un sale quart d'heure. Un dernier quart d'heure.

" Cherche et tu trouveras. "

Cette voix, elle la connaissait. Elle la connaissait pour l'avoir entendue de nombreuses fois, et l'avoir exploitées à plusieurs reprises, et qu'il apparaisse, là, maintenant, juste derrière elle, pour lui souffler cela, ça expliquait pas mal de choses. Quelqu'un s'était employé à utiliser ses fantômes pour faire régner la peur, ici. Quelqu'un cherchait à prendre sa place. Serait-ce ce crétin ? Ce crétin de clown qu'elle avait aperçu, une fois, et qui lui faisait horriblement mal au ventre ? Qui l'insupportait tout autant qu'elle en avait peur ? Était-ce là le danger ? Qu'elle chercher ?
Mais c'est bel et bien ce qu'elle comptait faire.


Et elle resta ainsi, longtemps, à contempler cette pancarte, seule, cherchant, rassemblant, démembrant chaque lettre afin d'en saisir le sens. Elle cherchait, oui. Elle cherchait, et longtemps, elle sentit le vent frais du matin, mais la hargne avec laquelle elle s'évertuait à trouver la réponse avant tout le monde l'empêchait de ressentir quoi que ce soit. Ni la faim, ni le froid, ni le vent, car il lui fallait trouver, et alors. .. alors un sourire se dessina lentement sur ses lèvres. Un sourire qui se faisait satisfait, jusqu'à devenir mesquin. Oui, elle avait cherché, et maintenant, elle avait sa piste. Elle détenait la clé, et personne ne pourrait l'empêcher de continuer.

Elle vérifia que son capuchon était bien mis sur son visage, et elle baissa doucement le menton. Elle fit demi-tour, dans un bruit de cape étouffé, et s'éloigna à grands pas rapides de cet endroit placardé d'une sinistre pancarte. Elle s'engouffra dans la pénombre des rues, loin, très loin, bien au delà de toute autre chose.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Mer 30 Mai - 17:03
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Dix secondes.
C'était le temps qu'il avait fallu à Avril pour résoudre l'énigme. Elle n'était pas une surdouée, juste intelligente et les anagrammes avaient toujours fait partis de sa vie. D'ailleurs, l'on pouvait même dire que celle-ci était un anagramme. Une suite de lettres désordonnées et insensées qui ne demandaient qu'à être rafistolées pour posséder un sens.
Si seulement ce sens avait existé un jour.

C'était amusant, de voir le nombre de messages codés qu'elle avait laissés à la craie sur les murs de son école, tous disaient la même chose à quelques phrases près. Des messages de détresse d'une petite fille perdue. Comme une bouteille d'adieu lancée en pleine mer par un matelot prêt à couler en compagnie de son navire. Avril coulait, elle, elle coulait depuis toujours et elle ne parlait pas. Comme le matelot, les codes sur les murs de son école étaient des messages destinés à la sauver.
Mais personne n'avait jamais rien compris. Comment auraient-ils pu ? Ils la prenaient tous pour une pauvre petite fille asociale et folle, qui écrivait n'importe quoi pour se faire remarquer. Se faire remarquer surement pas. Quémander une aide, oui.

Alors Avril s'était débrouillée toute seule, et s'était fabriquée elle-même une bouée de sauvetage. Et elle était là, désormais face à cette affiche qui s'annonçait comme une chasse au trésor proposé par un quelconque pirate. Avril était un matelot seul, triste, qui s'ennuyait infiniment et qui n'avait jamais vraiment joué à ce genre de jeu.
Mais il y a un début à tout pas vrai ?

[Direction -> Cimetière]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Lun 18 Juin - 19:59
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
La place était un endroit merveilleux, car on y rencontrait beaucoup de gens. Pas des gens formidables, ça non, il n'y avait que vieillards séniles ou petits mamies cherchant cancan. Mais c'était quand même très amusant de pouvoir s’asseoir sur un banc, et regarder tout cet attroupement gémir, se torturer, s'insulter, s’insupporter à longueur de journée. Harleen s'installait souvent sur un banc, le Dimanche matin, un sac de mie de pain en miettes sur les genoux, et elle balançait des miettes sur les pavés, en attendant que les oiseaux viennent les manger. Et comme toute vérité en cache une autre, il était certain que quand personne ne la regardait, que les yeux voyaient ailleurs, elle balançait une miette ou deux dans la figure d'une personne, sans que celle-ci ne puisse constater quoi que ce soit de compromettant pour elle. Un jour, elle se rappelle avoir balancé un morceau de mie de pain en direction d'une grand-mère qu'elle remarquait souvent faire la même promenade chaque matin, son sac à trou dans les cheveux, et son vieux panier traînant sur sa gauche ; avec cette même jupe bleue affreuse et droite, et ce chandail en laine blanc. Toujours cette même emmerdeuse qui la faisait chier à longueur de temps, parce que personne ici ne pouvait entrer dans ses grâces. Elle critiquait tout, et tout le temps ; les enfants, le temps, le passé, le futur, des choses qu'elle savait et ce qu'elle ignorait. Une savante, cette dame-là, et ce morceau de pain malheureusement lui fut épargné au profil d'une autre petite dame qui cancanait avec elle et qui se le prit dans l'oeil. L'air innocent d'Harleen qui avait l'air tant occupée avec ces pigeons l'évinça de tout soupçon. Une poussière, ou un caillou, la vieille ne savait plus, et Harleen en rit tellement fort qu'elle se tordit les côtes, et une bonne douleur abdominale la fit rentrer à la maison. Seulement aujourd'hui, quelques jeunes personnes se tenaient devant la fontaine. Une fille du moins : brune, yeux foncés, l'air pas très futée, qui semblait observer une pancarte.
Harleen y jeta un oeil.

Nouez aveu mérite cidres.
Cherchez et vous trouverez.


Harleen jeta un oeil derrière elle, comme en espérant tomber sur le petit enfant qui avait marqué une telle ânerie sur la fontaine, mais personne ne lui tapa dans l'oeil (ahah), alors elle reporta son attention sur la pancarte.

Nouez aveu mérite cidres. Il n'y avait pas besoin d'être psychiatre pour comprendre que ce message n'était pas dénué de sens, mais qu'il était formé de manière significative. Parlez d'aveu et de cidres n'était pas une coïncidence. Donc soit on tentait par des mots connus de mener à une fausse piste, soit la personne qui avait écrit ça avait des problèmes d'alcool, et il pouvait d'or et déjà penser à passer dans son cabinet pour régler ce petit soucis.
Une pancarte signifiait d'inscrire quelque chose dans le bois afin que ça ne s'efface jamais. C'était un message dans un sens très explicite, et qui se voulait explicite. On voulait qu'elle trouve la réponse, et apparemment, la personne qui gambergeait à ses côtés depuis un moment n'avait pas encore trouvé.
Etait-ce aussi difficile que ça en avait l'air.
Tout aveu mérite cidres.

« L'émulation est un mouvement violent, et comme un aveu contraint du mérite qui est hors d'elle »
L'air pensif, elle ressortit de ses souvenirs une phrase digne des grands. Tous les aveux méritent leur récompense.

" Alors, toi, quel est ton aveu ? "
Oui, elle semblait bien parler à la pancarte, et non, elle n'était pas folle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Ven 29 Juin - 10:41
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Les mots en soit n'avaient rien à voir entre eux, c'était simplement ainsi que la personne qui avait gribouillé sur cette pancarte s'était débrouillée afin de former des mots. Pas d'alcoolique, juste un message.

serdic etirem ueva zeuon

D'un côté ça faisait italien, mais d'un autre côté, ça ne voulait strictement rien dire. Ce n'était donc pas ainsi qu'il fallait procéder. Elle allait donc procéder autrement, mais sans papier, ce n'était pas bien pratique. Séparer les lettres en deux : consonnes d'un côté, et voyelles de l'autre. Ce qui donnait
n - z - v - m - r - t - c - d - r - s & o - u - e - a - e - u - e - i - e - i - e
Ca donnait en tout 21 lettres. Vingt-et-une lettres qui allaient surement lui permettre de former une phrase.

Ensuite, elle n'avait plus qu'à chercher. Et, bien plus dur, à trouver.

La présence du Z était surement primordiale dans sa trouvaille. Après tout, peu de mots contenaient un "z" et elle ne voyait pas vraiment quel mot pourrait ici convenir. Devrait-elle chercher un "zèbre" ? C'était absurde, et impossible puisqu'il n'y avait pas de "b". Ce n'était donc pas un mot en soit qu'il fallait chercher, peut-être un verbe plutôt. Un verbe contenant la marque de respect. Pas de trace de "o", cependant, donc pas de "vous", pas de sujet, ou pas de verbe réfléchi. C'était une phrase à l'impératif. Voulait-on lui donner un ordre ?
Revenir en haut Aller en bas
Ira May
Invité
avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Jeu 5 Juil - 15:41
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Motus et bouche cousue


    Harleen cherchait toujours la réponse à la phrase mystère. Avait-elle compris pour l'anagramme? Oui. Etait-elle sur la bonne piste? Oui. Avait besoin de consulter un ophtalmologue? Oui aussi. Ou un médecin, pour Alzheimer. Mais attendez... n'était-elle pas elle-même docteur?

    Amusant... non?

    Fallait-il vraiment que quelqu'un passe entourer son vilain "o" en rouge pour qu'elle le voit? Ou fallait-il simplement lui ordonner de le voir?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Mar 17 Juil - 20:50
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Que pouvait-elle bien faire d'un "o" ? De nombreux mots contenaient la lettre "o". Même le mot "mot" en avait un. Il n'y avait donc pas de quoi avoir une piste sérieuse. Cependant, elle persista à penser qu'on voulait la vouvoyer. Il y avait un "z", et certainement un verbe se terminant par un "z". Ne restait plus qu'à savoir lequel et la seule manière de trouver était de chercher.

nouez aveu mérite cidre.

n - z - v - m - r - t - c - d - r - s & o - u - e - a - e - u - e - i - e - i - e

" Il me vouvoie, c'est donc à vous qu'il s'adresse, n'est-ce pas ? "

" v o u s -- il reste donc z - n - m - r - t - c - d - r && e - a - e - u - e - i - e - i - e "


Un seul "o", pas de mort, donc. Un seul "v", pas "d'avoir", alors. Pas de "l", donc aucune indication d'aller quelque part. Beaucoup de "r", cependant, donc possibilité qu'il y ait un "r" dans le verbe. Elle cherchait. Elle se creusait à voix basse ou dans sa tête, directement. Sortit son calepin de docteur, griffonna des petites choses.
Beaucoup de "e" donc probablement un verbe contenant cette voyelle.
Un "r" et un "e". Restez. Pas de "s". Prenez. Pas de "p".

Vous rendez ...

Encore plusieurs "i" et plusieurs "e". Une phrase longue, alors, ou un mot long.

Cet.

" Vous Rendez Cet ... "


Il restait trop de voyelles pour si peu de consonne. Non, ce n'était pas ça. Un mot bien plus long prenant plus de voyelles. Harleen griffonna.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Sam 8 Sep - 22:05
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Maintenant, les choses avaient changées. Harleen était restée longtemps à chercher ce que pouvait bien signifier ce patois inconnu, ces mots étranges qui n'avaient aucun sens. Elle avait vu juste en pensant qu'il fallait jouer avec les lettres, les mettre dans un certain ordre afin de trouver ce dont il s'agissait. Et elle avait enfin trouvé. C'était tellement logique, maintenant qu'elle y repensait. Seulement, à présent, elle se retrouvait seule face à une sorte de rendez-vous, et elle ne savait si elle avait envie d'y aller. Après tout, cette pancarte n'était peut-être pas pour elle, et elle avait déjà vu d'autres personnes regarder la pancarte et s'en aller ; mais s'en aller comme s'ils s'en moquaient, mais comme s'ils avaient décidé depuis longtemps d'aller à ce rendez-vous. Alors était-ce la place d'Harleen ? Elle aimait l'aventure, certainement plus que n'importe qui ici, alors après tout, même si ce mot n'était pas pour elle, elle tentera quand même, rien que pour aller voir ce qu'il s'y passe, et si elle ne trouve rien, tant pis. S'il ne s'y passe rien, tant pis, elle fera demi-tour, et continuera de faire ce pourquoi elle était venue ici. Pourquoi, déjà ? Elle ne se souvenait même plus, mais ce n'était pas important.

Un sourire ravi sur le visage, elle regarda la demoiselle qui était encore là, une fille aux cheveux sombres qui ne semblait pas comprendre l'énigme, et lui offrit un mouvement du visage :

- Allez, courage !

Elle lui tapota sur l'épaule de manière forte et rapide, surprenant surement la demoiselle qui avait l'air plongée dans un réflexion intense, mais elle n'eut pas le temps de voir sa réaction : elle était déjà partie.
Vers le cimetière.
Revenir en haut Aller en bas
Nevroze
Your Scary Nightmare
Over All

avatar


Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le : Sam 15 Sep - 23:48
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Maudit Kräjen qui lui lança un message de là où il était. Ses draps volèrent tandis qu'elle sauta presque dans le même mouvement. Ses pieds atterrirent dans ses chaussons couleur violet pastel, elle enfila une robe de jambe, sortit dans le couloir, s'engouffra dans la cuisine et attrapa son capuchon noir. L'instant d'après elle était dehors, ruminant la rage et l'humiliation qu'elle venait de subir de la part de ce débile de clown, un drôle de bout de bois pointu à la main.

Le chemin était long jusqu'à la place, et Nevroze n'avait pas enfilé les meilleurs chaussures pour s'y rendre, aussi, les cailloux sur le chemin lui rentrèrent parfois dans les pieds, raison de plus pour maudire ce fumier de débile mental ! Quoi qu'il en soit, elle y arriva bien assez tôt pour voir que la pancarte était encore là. C'est ça Kräjen, rajoute-en encore une couche !

Nevroze en oublia toute conduite. Les passants la virent arriver comme un garde arriverait dans une ville pour réclamer une rente. Les femmes sursautèrent et se calèrent contre leur mari. D'autres crièrent mort à la sorcière, mais personne ne bougea, trop curieux de savoir ce que pouvait bien avoir cette sorcière de malheur à une heure aussi avancée.
Elle fonça droit vers la pancarte, et sa main levée s'abattit sur la pancarte comme un pieu s’engouffrerait dans la chair dure d'un vampire. Elle martela la pancarte de grands coups féroces, et les bouts volèrent dans tous les sens, tout autant que les insultes.

" Enfoiré de crétin de débile de mental ! Scroneuneu ! Vipère ! Handicapé ! Tu me le paieras, sale fumier ! Tu me le paieras ! Va crever ! "

La fureur de la petite fille lui déformait les traits, et actuellement, elle ressemblait à une vieille grand-mère en train d'abattre un gendre infidèle. La pancarte, méconnaissable, gisait sur la fontaine. Nevroze continuait de frapper comme si c'eut été le bonheur, l'extériorisation totale de son mal-être. Et petit à petit, elle se calma et ses coups ne devinrent plus que des coups de branche de géranium. Elle s'arrêta alors, le visage découvert, les cheveux non-coiffés en paillasson. Elle souleva une mèche qui lui tombait devant les yeux avec des mains rouges, et souffla un coup. Alors elle vit que tout le monde ici, la regardait. La réalité lui revint à la mémoire, trahie par les émotions encore chaude de son malheur. Son pieu improvisé tomba sur le sol. Elle attrapa la pancarte de sa main droite, la détaché aussi facilement qu'un poster accroché sur un mur, et la traina derrière elle.
Elle rentra chez elle ainsi, aussi doucement qu'elle était venue rapidement à l'aller. Elle emportait en souvenir un trophée. Il lui devait bien ça.


>> Fin du RP de Nevroze <<
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Sujet: Re: Et elle se répand la rumeur...   
posté le :
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.
Revenir en haut Aller en bas
 

Et elle se répand la rumeur...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fantasmagoria :: Anciens RP-